la conjoncture actuelle requiert le professionnalisme et le respect de la déontologie

Le ministre de la Communication, porte-parole du Gouvernement, Hassane Rabehi, a affirmé jeudi à Alger que la conjoncture sensible que vit le pays requiert des médias “un contenu responsable” fondé sur le professionnalisme et le respect de l’étique et la déontologie. Il incombe à l’ensemble des responsables du secteur de l’information de “donner une information correcte et d’être à la hauteur de la mission de sensibilisation et d’orientation au service de l’intérêt du pays, particulièrement en cette conjoncture sensible qui requiert de tout un chacun un discours responsable plaidant pour…

Lire ...

Les poulains du système Bouteflikistes empêchés de descendre sur le terrain les ministres du gouvernement Bedoui indésirables

Décidément, les ministres du département de Noureddine Bedoui sont tombés sur un cadeau bien empoisonné. C’est le cas de le dire pour les ministres du gouvernement du premier ministre, qui depuis, leur désignation aux commandes des différents ministères, n’ont pas eu la tache facile. Ces nominations auraient pu être perçues normales, dans un contexte conjoncturel, autre que celui, prévalant dans le pays, depuis le 22 Février dernier. Situation qui a mis en stand-by, les prérogatives d’un gouvernement contestée dans le fond et dans la forme par tous les algériens, à…

Lire ...

Tunisie: Accusé d’«espionnage» Mandat de dépôt pour un enquêteur de l’ONU

De nationalité tunisienne, expert de la gouvernance sécuritaire et membre du panel d’experts du comité des sanctions sur la Libye, Moncef Kartas a été arrêté le 26 mars à son arrivée à Tunis et maintenu depuis en détention. La justice tunisienne a annoncé avoir émis un mandat de dépôt contre un fonctionnaire de l’ONU, Moncef Kartas, arrêté en mars par les autorités qui l’accusent d’«espionnage». «Le juge d’instruction a émis un mandat de dépôt contre Kartas et une autre personne, et ordonné l’ouverture d’une enquête sur l’acquisition d’informations sécuritaires liées…

Lire ...

Les étudiants des universités D’Annaba ne démordent pas ils contestent Bensalah et le système

Le départ de Bensalah, continue de faire bruler la mèche d  de la contestation, des étudiants à Annaba. Les étudiants de plusieurs facultés relevant de l’université Badji Mokhtar d’Annaba,  ont marché hier Dimanche,  pour manifester une fois de plus leur refus   du président de l’Etat.  Ils ont scandé aussi fort que possible « Bensalah Dégage » La marrée estudiantine rassemblée  sur la place emblématique du cours de la révolution,  Novembre, a revendiqué  sa liberté et sa détermination à prendre en main son destin. Les universitaires ont  fait  de ces revendications et bien…

Lire ...

Le Club des magistrats boycottent la supervision de la prochaine présidentielle

Les magistrats se range directement du coté du mouvement populaire qui rejette l’élection présidentielle annoncée par le chef de l’Etat, Abdekader Bensalah. Cette décision a été prise ce matin lors d’un rassemblement de protestation organisé conjointement avec l’Union nationale des ordres des avocats devant le ministère de la Justice, à Alger. « Convaincus que le juge est le fils du peuple et son serviteur, qu’il juge en son nom et pour lui et en réponse aux revendications populaires, nous, membres du Club des magistrats algériens, avons décidé irrémédiablement de boycotter…

Lire ...

El Taf: Ouverture du 3é séminaire international sur les pâturages

C’est ouvert hier Mercredi à l’université Chadli Bendjedid, la 3éme édition du séminaire international sur : «Les pâturages, les parcours et l’alimentation des animaux dans le bassin méditerranéen» Les participants auront à débattre les différents écosystèmes existants qui sont sources de fourniture de fourrages aux animaux,  indique t-on. Ont été présents plusieurs participants, représentant plusieurs universités du pays et étrangères dont la Tunisie, le Maroc et la France. Les séminaristes auront deux jours durant à débattre, d’un panel de problématiques et de thèmes d’actualité, se rapportant, entre autres, «aux pâturages en…

Lire ...

L’EPREUVE DE FORCE

Le pouvoir est plus déterminé que jamais à diriger sous une autre forme l’Algérie. Avec la nomination de Bensalah et l’approbation de Gaid Salah, il vient d’en donner la preuve. Les tenants du système engagent l’épreuve de force contre le mouvement citoyen qui compte des millions de personnes de tous âges . Qui tiendra le plus longtemps c’est cela l’enjeu. C’est une véritable guerre d’usure que se livrent les divers cercles du système qui a gouverné le pays durant des décennies. Il est naïf de croire qu’il va remettre les…

Lire ...

Le temps des incertitudes

Nous y voilà ! Ce qu’on craignait le plus est en train de se produire. On croyait que les choses allaient se passer sans encombre mais il y a manifestement erreur dans les calculs. Le mouvement citoyen qui s’exprime par millions de personnes, femmes, hommes, jeunes, très jeunes et même enfants n’est toujours pas entendu. On lui fait la sourde oreille et on passe outre à toutes ces revendications dont le moins que l’on puisse dire sont d’une limpidité angélique. Voilà des manifestants qui se font ,depuis quelque temps asperger d’eau…

Lire ...

Un débat national s’impose plus que jamais

Le pays vit actuellement un blocage sans précédent dans son histoire. Il n’y a plus de chef d’Etat, il y a un gouvernement qui n’en est pas un car ayant été désigné à la hâte par un président qui a démissionné. Il y a un parlement qui ne légifère plus et des administrations qui gèrent autant qu’elles le peuvent les affaires courantes. La  proposition faite par la seule institution garante de la stabilité du pays ne convient pas au peuple qui manifeste presque deux mois pour changer le système en…

Lire ...

L’inadmissible statu quo

Bouteflika est certes parti mais n’a pas pour autant mis fin à son départ précipité dans les règles et au nom de l’intérêt national, comme l’avait fait feu Chadli Bendjedid, lui-même parti précipitamment mais ayant pris soin de dissoudre l’assemblée nationale avant son départ. Abdelaziz Bouteflika ne l’a pas fait, une manière de dire « Après moi le déluge ». Sa lettre de pardon au peuple algérien ne représente, à cet égard aucun intérêt. Pire que cela ! Elle démontre un égocentrisme démesuré de la part de ce président qui a parlé de lui…

Lire ...
RSS
Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn