LES TAXIS VOLANTS SONT EN PASSE DE DEVENIR UNE RÉALITÉ

Hybrides entre un hélicoptère et un drone, 100 % électriques, les premiers taxis volants pourraient faire leur entrée dans nos villes avant même la voiture autonome! De quoi redéfinir la mobilité urbaine en survolant les bouchons?

Pourra-t-on bientôt rallier le centre de Paris, de l’aéroport de Roissy, en quelques minutes, à bord d’un taxi volant ? Il y a seulement quelques années, cette idée évoquait plutôt les fantasmes futuristes du cinéma, type Cinquième Élément ou Blade Runner. Sauf que la donne a changé — et même très vite ! Car voici que de petits aéronefs autonomes, électriques et à décollage et atterrissage verticaux, semblent désormais prêts à embarquer jusqu’à trois personnes pour de courts trajets à travers les cieux urbains.

Le premier signal a été donné en janvier 2016, à Las Vegas, au salon Consumer Electronics Show (CES), lorsque le fabricant de drones chinois Ehang a fait voler son monoplace Ehang 184, qui ressemble déjà fortement à une sorte de taxi volant. Une première mondiale !

Les villes de Dallas et Dubai en première ligne

Mais le véritable déclic a eu lieu en octobre 2016, avec la société Uber et son livre blanc sur son projet Elevate, dans lequel le géant américain des VTC a esquissé les contours d’une future offre de mobilité aérienne. Lors d’une conférence donnée à Dallas, son directeur Aviation Mark Moore —fraîchement débauché de la Nasa— a cité comme cas d’école le trajet entre l’aéroport de la ville texane et son centre-ville, qui prend 90 minutes en voiture… et pourrait se réduire à 8 minutes en commandant un Uber Air. Et ce n’est pas juste pour épater la galerie : la compagnie imagine déjà pouvoir déployer entre 500 et 1000 de ces taxis volants dans les mégalopoles congestionnées…

Plus concret encore : en septembre dernier, s’est déroulé un premier vol test à Dubaï (voir la vidéo) —sans survol de public— du biplace E-volo fabriqué par Volocopter, une start-up allemande soutenue financièrement par Daimler. Les autorités émiraties avaient affiché leur volonté d’introduire un service de taxi volant E-volo d’ici à 2022, capable d’assurer 25 % du trafic de passagers en ville en 2030.

 

 

 

 

science et vie

Related posts