Le pétrole stable, les marchés prudents face aux tensions commerciales

Londres: Les cours du pétrole se stabilisaient vendredi en cours d’échanges européens dans un marché hésitant alors que les tensions entre la Chine et les Etats-Unis pourraient entamer la demande mondiale.

Vers 14H20 GMT (16H20 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait 68,24 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 9 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de “light sweet crude” (WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l’énergie.) pour le contrat de mai cédait 26 cents à 63,28 dollars une heure après son ouverture.
Après avoir fortement reculé lundi, les cours sont restés stables sur les trois dernières séances, évoluant notamment au gré des annonces américaines et chinoises.

La Chine a assuré vendredi ne pas craindre de payer le prix d’une guerre commerciale avec les Etats-Unis, après que Donald Trump eut doublé les enchères en menaçant de viser les importations chinoises à hauteur de 100 milliards de dollars.

Les échanges de menaces sont devenus quasi-quotidiens cette semaine de part et d’autre du Pacifique, le ministère chinois du Commerce ayant réagi sans tarder aux derniers avertissements du président américain, en dépit d’un jour férié en Chine.

Le pétrole évolue dernièrement au gré des hausses et des baisses de la Bourse américaine, et devrait donc rester volatile avec les évolutions des tensions commerciales“, ont résumé les analystes de Saxo Bank.

Il va aussi falloir observer le dollar sur la séance“, a ajouté Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix.

Le billet vert n’a pas réagi à la publication de données décevantes sur l’emploi américain, mais pourrait être affecté par des déclarations de Jerome Powell, président de la Réserve fédérale américaine, après la clôture européenne.

Une hausse du dollar rendrait le coût du pétrole, fixé en monnaie américaine des deux côtés de l’Atlantique, plus coûteux pour les investisseurs utilisant d’autres devises.

 

prixdubaril

Related posts