USA: hausse surprise des stocks de pétrole brut

New York: Les stocks de pétrole brut ont affiché une hausse surprise aux Etats-Unis la semaine dernière selon des chiffres publiés mercredi par l’Agence américaine d’information sur l’Energie (EIA) alors que la production d’or noir atteint un nouveau record.

Lors de la semaine achevée le 6 avril, les réserves commerciales de brut ont augmenté de 3,3 millions de barils pour s’établir à 428,6 millions, alors que les analystes interrogés par l’agence Bloomberg prévoyaient un repli de 1,25 million de barils.

Elles s’inscrivent en baisse de 19,6% par rapport à la même époque l’an dernier et restent dans le bas de la fourchette moyenne pour cette période de l’année.

Egalement scrutés puisqu’ils servent de référence à la cotation du pétrole à New York, les stocks de brut WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l’énergie. du terminal de Cushing (Oklahoma, sud) ont progressé pour la cinquième semaine de suite, de 1,1 million de barils à 36 millions de barils.

Le prix du pétrole américain est descendu juste après la publication du rapport. Mais il est très vite reparti à la hausse et gagnait vers 15H00 GMT 1,68 dollar à 67,19 dollars, son plus haut niveau en séance depuis fin 2014 sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), alors que les tensions au Moyen-Orient s’intensifient.

Les réserves d’essence ont de leur côté légèrement augmenté, de 500.000 barils, là où les analystes anticipaient un repli de 1,1 million.

Elles sont en hausse de 1,2% par rapport à leur niveau d’il y a un an et se maintiennent dans la partie haute de la fourchette moyenne pour cette période de l’année.

Les stocks d’autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole) ont quant à eux reculé de 1 million de barils, alors que les analystes prévoyaient qu’ils se stabilisent.

Ils sont en repli de 14,5% par rapport à leur niveau à la même époque en 2017 et demeurent dans la partie basse de la fourchette moyenne pour cette période de l’année.

La production de brut, qui enchaîne les records depuis plusieurs semaines, a atteint un nouveau pic historique, les Etats-Unis extrayant en moyenne 10,53 millions de barils par jour (mbj) contre 10,46 millions la semaine précédente.

Les exportations américaines, qui avaient affiché la semaine précédente un record depuis que ces statistiques ont commencé à être compilées par l’EIA en 1991, se sont fortement réduites, passant de 2,2 mbj à 1,2 mbj.

Les importations ont quant à elles légèrement augmenté, à 8,65 mbj.

La cadence des raffineries a de nouveau augmenté, celles-ci ayant fonctionné à 93,5% de leurs capacités contre 93,0% la semaine précédente.

Les Etats-Unis ont au total consommé en moyenne 20,7 mbj de produits raffinés au cours des quatre dernières semaines, une progression de 5,0% par rapport à la même période de l’an dernier.

La demande d’essence a reculé de 0,6% et celle des autres produits distillés a reculé de 3,6%.

 

 

 

prixdubaril

Related posts