Actualités 

Skikda:‘’Scandale’’ dans le recasement d’el-Match

Une quinzaine d’indus-occupants de la cité précaire el-Match (Salah-Boulekeroua), au sud de la ville de Skikda, attendent leur recasement à la cité 1000-Logements de Zef-Zef.

Leur attente dure depuis plus de 6 mois, soit depuis qu’ils se sont acquittés des 66.758,00 DA correspondant à la caution d’habitation, auprès des services de l’Office de promotion et de gestion immobilières (Opgi) Skikda.

Le comble c’est que leurs logements sont occupés par… d’autres personnes !,  que nos interlocuteurs estiment n’avoir pas figuré dans la liste d’attribution établie par la Wilaya, alors que d’autres ont seulement transféré leurs logements de M’Siouene vers Zef-Zef. La décision de leur transfert, quant à elle, demeure pour le moment inconnue, bien que des sources indiscrètes l’attribuent à des agents indélicats de l’Opgi, qui l’ont prise de leur propre chef.

La quinzaine d’indus occupants lésés ont découvert cette anomalie lorsqu’ils ont été destinataires de la facture d’électricité et de gaz libellée en leur nom !

« Nous nous sommes déplacés à Sonelgaz, ou les agents nous ont signifiés que  nous sommes des clients de la Sonelgaz, donc détenteurs d’un compteur que, conséquemment, nous devions s’acquitter de la somme équivalent à la consommation sus-indiquée en bas de la facture. Si  d’aucuns ont honoré le montant indiqué en bas de la facture, d’autres ont simplement refusé de le faire, car n’ayant jamais occupé le logement objet de la consommation. », nous ont rapporté nos interlocuteurs.

Enchainant, ils ont indiqué : « Sur ce, nous nous sommes dirigés vers Zef Zef pour s’enquérir de nos logements. Ce fut le choc ! D’autres bénéficiaires y ont élit domicile. Nos investigations nous ont permis de découvrir que parmi les bénéficiaires, il y en a qui ont été transféré de M’Siouene vers Zef-Zef, pour des raisons de commodités et de facilité de déplacement par rapport à leur lieu de travail. »

Le malheur aussi, selon nos interlocuteurs, c’est que, « des logements sont toujours inoccupés, alors que nos familles sont éclatées, entre hébergement chez les parents et chez les belles-familles. En plus, en cette période de scolarité, nos enfants ont été vraiment traumatisés par cette rupture familiale forcée. »

Depuis, ils n’ont cessé de revendiquer leurs droits, notamment en demandant une audience au Wali de Skikda, Hadjeri Derfouf, requête restée sans suite. D’aucuns ont même déposé plainte au niveau de la Chambre administrative de Skikda, pour espérer obtenir gain de cause. En attendant aussi que la commission de recours de la wilaya daigne se pencher sur leurs cas.

2394 familles relogées sur 2777 recensées

Pour rappel, la résorption de l’habitat précaire (RHP) ciblant el-Match, l’un des gourbis les plus imposants à travers leur territoire national (2777 familles recensées), a été entamée en aout 2017, sous la houlette de l’actuel Wali de Skikda, Hadjeri Derfouf. Selon les chiffres officiellement communiqués, 2394 familles ont été relogées à M’Siouene et à Zef-Zef. Mais, selon nos interlocuteurs, « sur les 2394 bénéficiaires, 16 n’ont pas fait l’objet d’un affichage public, 100 ont été présentées comme des victimes du terrorisme sans que l’on sache leur identités, et 73+12 bénéficiaires est une liste qui demeure, à nos yeux, douteuse. », avant de conclure que « la liste d’attribution contient également 4 expatriés de France, de Belgique, d’Arabie saoudite et d’Italie. Celui d’Italie a bénéficié d’un logement au nom de son épouse, pour ne pas être démasqué. ». Ainsi que d’autres failles, notamment des cas de bénéficiaires inscrits au fichier national du logement, que les laissés-pour-compte envisagent de dévoiler opportunément. Affaire à suivre.  

 

Articles relatifs

RSS
Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn