Monde 

Arrêt des essais nucléaires nord-coréens : un « pas positif vers la dénucléarisation » salué

 

ALGER – La décision annoncée samedi par Pyongyang du gel de ses essais nucléaires et balistiques, à une semaine de la tenue d’un sommet historique entre le leader nord-coréen et son homologue du sud, a été fortement saluée par la communauté internationale, la considérant comme un “pas positif vers la dénucléarisation de la péninsule coréenne”. 

Le dirigeant nord-coréen a annoncé tôt samedi à l’issue d’une réunion du comité central du Parti du Travail (au pouvoir) que son pays n’avait plus besoin de tester des armes nucléaires ou de lancer des missiles à longue portée, et qu’il suspend “immédiatement” ces activités et ferme “un site d’essais nucléaires”.

Réagissant à cet engagement, la communauté internationale a été, unanime, à saluer un pas positif pouvant contribuer au processus de dénucléarisation de la péninsule.

Le Secrétaire général des Nations unies s’est, en effet, “félicité de la décision de la Corée République populaire démocratique de Corée (RPDC) de suspendre les essais nucléaires et les tirs de missiles balistiques intercontinentaux”. Dans un communiqué, Antonio Guterres se réjouit que “ce pas positif en avant contribue à établir la confiance et le processus menant à la dénucléarisation pacifique de la péninsule coréenne”.

La Chine a salué, de son côté, la décision prise, affirmant à travers un communiqué du porte-parole du ministère des Affaires étrangères que “la décision d’arrêter les essais nucléaires et de se concentrer sur le développement économique ainsi que sur l’amélioration des conditions de vie va aider à apaiser la situation dans la péninsule coréenne et faire avancer le processus de dénucléarisation”.

Quant à la Corée du Sud, elle a jugé que ce geste “représente un progrès significatif pour la dénucléarisation de la Péninsule coréenne, que le monde attend”.

Un communiqué émanant des services de la présidence sud-coréenne a estimé que cet engagement créera “l’environnement très positif pour les sommets à venir entre les deux Corées et entre la Corée du Nord et les Etats-Unis”.

Le président américain Donald Trump, qui a réagi immédiatement après l’annonce, a évoqué “une très bonne nouvelle pour la Corée du Nord et le monde”

Même son de cloche chez l’Union européenne qui y perçoit “une étape positive attendue depuis longtemps sur la voie de la dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible” de la Corée du Nord.

L’UE, qui se dit au passage “impatiente” pour les prochaines réunions au sommet du dirigeant nord-coréen avec ceux de la Corée du Sud et des Etats-Unis, espère que “ces initiatives de haut niveau pourront continuer à renforcer la confiance et à apporter davantage de résultats concrets et positifs”.

La Russie a invité, quant à elle, la Corée du Sud et les Etats-Unis à “prendre des mesures adéquates pour ralentir les activités militaires dans la péninsule coréenne”. Dans une déclaration faite samedi, le ministère russe des Affaires étrangères a considéré également cette décision comme “une étape importante vers une future détente des tensions dans la péninsule coréenne”.

Cependant, le Japon reste le seul pays de la région “insatisfait” et qui ne cache pas son “inquiétude”. Tokyo a relevé particulièrement la question des “missiles à portée intermédiaire”. Le ministre japonais de la Défense a dit à ce propos que Pyongyang n’avait pas mentionné dans sa décision “l’abandon de missiles balistiques de courte et moyenne portée”.

Il a ajouté que le Japon n’allait pas donc modifier sa politique de pressions sur Pyongyang jusqu’à “l’abandon définitif d’armes de destruction massive, armes nucléaires et missiles”.

L’annonce par Pyongyang de sa décision de suspendre ses programmes nucléaire et balistique était plus au moins prévisible. Jeudi, le président sud-coréen Moon Jae-in a indiqué que la Corée du Nord a donné son accord de principe de procéder à une “dénucléarisation complète” de la péninsule avec des garanties de sécurité comme “seule et unique condition”.

“La Corée du Nord exprime le souhait d’une dénucléarisation complète. Les dirigeants ne fixent aucune condition inacceptable pour les Etats-Unis, telles que le retrait des forces américaines déployées en Corée du Sud.

Tout ce qu’ils demandent, c’est l’arrêt des politiques hostiles à leur égard et des garanties de sécurité”, a-t-il précisé lors d’une déclaration à la presse.

Le président Moon Jae-in a exprimé, par ailleurs, sa totale conviction de la normalisation des relations avec le voisin du nord, notamment lors du sommet prévu, le 27 avril, aux frontières, avec le leader nord coréen Kim Jong-un.

Le chef de l’Etat sud-coréen a souhaité la conclusion d’un traité de paix pour mettre fin officiellement à la guerre de Corée (1950-53), une guerre qui s’était achevée sur un armistice plutôt un traité.

Articles relatifs

RSS
Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn