Actualités Entreprise et Finance 

Jamais le monde n’a été aussi endetté

En 2016, la dette mondiale atteignait 164.000 milliards de dollars, un nouveau sommet historique. Pour faire face à la crise, il a fallu relancer la demande et donc faciliter le recours au crédit.

Soigner le mal par le mal. C’est un peu ce que l’économie mondiale a fait depuis  la chute de la maison des frères Lehman . Alors que la crise de 2008 s’explique largement par un excès d’endettement des ménages américains facilité par des instruments sophistiqués, le monde a trouvé la solution pour s’en sortir :  s’endetter encore plus .

La relance keynésienne passe par une hausse de l’endettement

C’est d’ailleurs le principe de la relance keynésienne. Quand la demande privée est défaillante comme en 2008, il faut lui substituer une demande publique. D’où les plans de relance massifs aux Etats-Unis notamment et la rapide hausse de la dette publique qui s’en est suivie.

Ensuite, deuxième jambe du keynésianisme, la politique monétaire et la baisse des taux. Très vite, une politique monétaire ultra-accommodante est mise en place après la faillite de Lehman Brothers. Elle constitue – et c’est bien le but de l’opération – une incitation pour tous, Etat, entreprises et ménages, à s’endetter.

Et cela a plutôt bien marché. « La crise financière a eu pour cause immédiate un excès général d’endettement. La manière dont les banques centrales ont dû affronter cette crise systémique d’une magnitude extrême a eu pour résultat de poursuivre la course à l’endettement », explique l’économiste Michel Aglietta dans son dernier ouvrage.

Une explosion de la dette des pays émergents

En attendant, « au cours des dix dernières années, les dettes privée et publique ont explosé »,  soulignaient deux économistes du FMI au printemps dernier. Et les institutions internationales, commencent à sérieusement s’inquiéter. La dette mondiale a atteint un nouveau sommet historique de 164.000 milliards de dollars en 2016, soit l’équivalent de 225 % du PIB mondial, selon le FMI.

Articles relatifs

RSS
Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn