LA UNE 

 Les entreprises européennes activant au Sahara occidental, doivent   négocier avec le Front Polisario 

GONFREVILLE-L’ORCHER (France)- L’avocat du Front Polisario, Gilles Devers, a averti samedi à Gonfreville-L’Orcher, près du Havre (France), que les entreprises européennes activant sur le territoire du Sahara occidental, doivent dorénavant choisir entre négocier avec le Front Polisario ou cesser leurs activités et partir.

“Désormais, depuis les arrêts de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), les entreprises européennes activant sur le territoire du Sahara occidental, doivent soit négocier avec le représentant légitime du peuple sahraoui, le Front Polisario, ou cesser leurs activités et partir”, a-t-il insisté lors de son intervention au colloque international sur les ressources naturelles du Sahara occidental qui doit clôture samedi soir ses travaux.

Après avoir expliqué, qu’avec ses deux arrêts de justice, le droit international est passé au droit européen, l’avocat a rappelé leurs importantes décisions, à savoir le Maroc et le Sahara occidental sont deux territoires distincts, le Maroc ne jouit d’aucune souveraineté sur le territoire du Sahara occidental, la présence du Maroc au Sahara occidental est une occupation militaire, donc une zone de guerre et le peuple sahraoui est le seul à pouvoir bénéficier de ses ressources naturelles.

Rien ne peut se faire sur ce territoire sans le consentement du peuple  sahraoui, à travers son représentant légitime, le Front Polisario”, a souligné l’avocat, considérant les deux arrêts de la CJUE de “tremblement de terre” qui va ébranler l’édifice européen avec leur application tôt ou tard.

aps

Articles relatifs

RSS
Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn