LA UNE 

Seulement après 15 jours de liberté le jeune journaliste Adlene Mellah de nouveau incarcéré 

Une quinzaine de jours après sa libération, le journaliste et éditeur Adlène Mellah  est de nouveau emprisonné 
« Les accusations enregistrées cette fois sont inédites elles ont disparues du vocable de la justice algérienne depuis les manifestations qu’a connu le pays pendant la période du FIS » a déclaré Me Hassen Brahmi.  D’après lui, l’attroupement, la rébellion commise en réunion de plus de deux personnes, la provocation directe à un attroupement non armé et  l’outrage avec violence faits à des fonctionnaires et institutions de l’Etat, sont des accusations valables dans les manifestations violentes marquées par une confrontation physique.  « Or ce n’est pas le cas des trois accusés en question » explique Me Brahmi.

« Adlène Mellah  et son photographe ont été présent au rassemblement des artistes pour couvrir l’événement et  l’artiste Nekrouche Adbdelhafid  était juste en chemin  pour assister à une pièce de théâtre au TNA, les poursuivre en justice et les mettre en prison pour cette raison relève de l’injustice » a ajouté l’avocat.

Reporters sans frontières (RSF) appelle, dans un communiqué, à sa “libération immédiate (…) et dénonce le harcèlement judiciaire dont il est victime”.

L’ONG précise que c’est le seul journaliste a avoir été arrêté alors que plusieurs de ses confrères manifestaient à ses côtés.

Il également souligné que des dizaines d’avocats vont se constituer pour défendre, non seulement les trois personnes en question, mais les droits de l’homme en Algérie. Adlene Mellah  sera jugé le 18 décembre, a déclaré mardi un de ses avocats à l’AFP.

Articles relatifs

RSS
Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn