Actualités Tech & Net 

Quatre batteries externes pour rester branché en mode nomade

HIGH-TECH Fatigués d’avoir toujours l’œil rivé sur le pourcentage restant? «20 Minutes» vous propose une sélection de batteries externes pour garder votre énergie

Qui n’a jamais été à court de batterie, au mauvais endroit, au mauvais moment ? Pour éviter ce fâcheux contretemps, les batteries externes sont là pour prêter main-forte. Finie la hantise du 0 %. Avec ces accus nomades, on peut recharger son téléphone portable (et parfois d’autres appareils) n’importe où, sans avoir besoin de la sacro-sainte prise de courant.

De la taille d’un gros stylo à celle d’une mini-brique, la batterie externe se décline dans tous les formats. Que vous soyez un baroudeur invétéré ou juste un grand étourdi, il en existe pour tous les usages et toutes les bourses. Sa vitesse de charge dépend de sa technologie USB et de sa capacité, exprimée en milliampère-heure (mAh). Celle-ci conditionne le nombre de charges complètes possibles et la rapidité de rechargement de la batterie elle-même. Attention toutefois aux performances promises sur l’étiquette. En pratique, la puissance de la machine est à revoir à la baisse et cette déperdition énergétique peut atteindre 10 %.

Les modèles les plus simples possèdent une capacité de 3 000 mAh, tandis que les plus puissants dépassent les 20 000 mAh. A choisir selon ses besoins, le type et le nombre d’appareils concernés. Sachant qu’un smartphone haut de gamme oscille entre 1 300 mAh et 3 000 mAh. En ce qui concerne la technologie Quick charge (charge rapide) présente sur certains modèles, il faut savoir qu’elle n’est pas compatible avec tous les smartphones. En s’appuyant sur les commentaires des premiers concernés, à savoir les utilisateurs, et sur les avis des testeurs professionnels, « 20 Minutes »​ vous propose sa sélection.

Petit avertissement : face au torrent de prototypes présents sur le marché, l’UFC-Que Choisir rappelle que pour une question de sécurité, les batteries doivent afficher le marquage CE ainsi que le logo RoHS, qui « limite l’utilisation de substances dangereuses ».

Articles relatifs

RSS
Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn