Actualités Economie 

Une économie énergétique estimée à 73 millions TEP en 2030

Le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, a indiqué mardi à Alger que le programme national d’efficacité énergétique permettra la réalisation d’une économie énergétique estimée à 73 millions Tonnes équivalents pétrole (TEP) en 2030, soit un montant de 25 milliards USD à travers la rationalisation de la consommation de l’énergie.

Intervenant à l’ouverture d’une Conférence sur «La maîtrise de l’énergie dans un contexte de transition énergétique.. défis et opportunités», M. Guitouni a fait savoir que le programme d’efficacité énergétique visait à la réalisation d’actions concrètes pour les projets d’efficacité énergétique afin de réduire la consommation de l’énergie et qui concernent l’ensemble des secteurs consommateurs d’énergie, dont les Collectivités locales, le Transport, l’Habitat, la Santé et l’Industrie.
Lors de cette rencontre, organisée par l’Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l’utilisation de l’énergie (APRUE), le ministre a ajouté que la mise en oeuvre de ce programme a commencé au début de l’année précédente avec la tenue de la Conférence sur l’efficacité énergétique dans les Collectivités locales, dont la consommation dépasse les 80% de l’énergie produite, l’éclairage public, notamment au niveau des écoles, des mosquées et des immeubles, outre l’Industrie et les Transports.
Il a rappelé, également, le mémorandum de coopération signé récemment entre son département et le ministère des Travaux Publics et des Transports visant à «booster» la transition énergétique, à poursuivre les efforts de rationalisation de la consommation nationale de l’énergie.
Dans le secteur des Transports, le programme tracé prévoit la promotion de l’utilisation de carburant les moins polluants et les plus disponibles, à l’image du gaz de pétrole liquéfié carburant (GPL/c) et le gaz naturel comprimé (GNC) pour réduire la consommation du gasoil, à travers la conversion des bus de transport au niveau des grandes villes, ainsi que celle de l’essence à travers la conversion de 120.000 véhicules chaque année, ce qui aura une incidence bénéfique sur l’économie nationale, l’environnement et la santé publique, a-t- il précisé.
Estimant que cette initiative est a même de consacrer la coopération intersectorielle pour mettre en oeuvre le programme national d’efficacité énergétique, M. Guitouni a affirmé que la question de la transition énergétique ne relevait pas du ressort exclusif du secteur de l’énergie, mais impliquait l’ensemble des secteurs.
A ce propos, il a souligné que la maîtrise de l’énergie comptait parmi les bases de la transition énergétique, d’où l’impératif de son application à grande échelle pour limiter la consommation énergétique croissante, en raison de la croissance démographique.
L’Algérie est pleinement engagée dans la démarche de transition énergétique, mais sans renoncer, néanmoins, aux hydrocarbures, ce qui exige une orientation graduelle vers un mixe énergétique qui tienne compte des énergies disponibles en grandes quantités en Algérie, a-t-il dit.
«La diversification des ressources énergétiques constitue désormais un choix stratégique pour lequel nous devons sans cesse oeuvrer à atteindre un équilibre entre nos approvisionnements en énergie à long terme et la préservation de nos capacités financières, afin de garantir le développement socio-économique du pays», a fait observé le ministre.
Après avoir rappelé que les hydrocarbures sont une richesse éphémère à long terme, le ministre a expliqué que l’Etat a élaboré une politique énergétique visant essentiellement à soutenir, développer et à diversifier nos sources de production de l’énergie électrique, en prenant en considération les fortes potentialités offertes par le pays en matière d’énergies renouvelables, telles l’énergie solaire et éolienne».

Articles relatifs

RSS
Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn