Actualités Monde 

«Gilets jaunes»: Les importants préjudices des boutiques saccagées sur les Champs-Elysées

DEGRADATIONS Plusieurs magasins et bijouteries avaient été pillés et dégradés lors du 18e samedi de mobilisation des « gilets jaunes » à Paris

  • La police judiciaire parisienne enquête sur le pillage de plusieurs boutiques lors de l’acte 18 des « gilets jaunes ».
  • Les préjudices estimés sont compris entre 50.000 et 700.000 euros, selon nos informations.

Les «gilets jaunes » ne pourront pas manifester, ce samedi, sur les Champs-Elysées, à ses abords, sur la place de l’Etoile ainsi que dans un périmètre incluant le palais de l’Elysée et l’Assemblée nationale. A la suite du saccage de la célèbre avenue parisienne, la semaine dernière, la préfecture de police a pris, ce vendredi, un arrêté afin d’éviter qu’un tel scénario catastrophe ne se reproduise. Hormis le Fouquet’s qui a été incendié, plusieurs boutiques avaient été pillées et dégradées lors la manifestation.

Selon nos informations, les responsables de la boutique Bompard estiment que le préjudice subi atteint 50.000 euros, hors dégradations, ceux du magasin Hugo Boss le chiffrent à 70.000 euros. Ces enquêtes ont été confiées au 1er district de police judiciaire. La BRB (brigade de répression du banditisme), elle, enquête sur le saccage des bijouteries Bulgari (700.000 euros de préjudice), Swarovski (500.000 euros de préjudice) et Mauboussin (400.000 euros de préjudice). « Ce ne sont que des estimations qui devront être affinées », précise à 20 Minutes une source policière.

« Le gouvernement a une obligation de résultat »

Par ailleurs, la police judiciaire parisienne enquête toujours sur l’incendie d’une banque, située au rez-de-chaussée d’un immeuble. Le feu s’était propagé à tout le bâtiment. Onze personnes avaient été légèrement blessées. « L’enquête va être longue, il y a énormément d’images de vidéosurveillance à exploiter »,selon le site 20minutes.

Paris brulera-t-elle une nouvelle fois ce week-end ? « A chaque fois que les blacks blocs sont descendus en nombre, ils laissaient retomber la pression le week-end suivant », remarque une source policière. « Le dispositif de sécurité annoncé est très important », complète un officier de la gendarmerie. « Le gouvernement a une obligation de résultat, il ne peut pas se permettre de laisser les choses se passer comme la semaine dernière, ajoute-t-il. Castaner a la pression. »

Articles relatifs

RSS
Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn