Actualités 

La (DGSN) a “catégoriquement démenti”, vendredi  l’utilisation du gaz lacrymogèn e au niveau du tunnel de la faculté

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a “catégoriquement démenti”, vendredi, les informations relayées par certains médias, citant la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme (LADDH), au sujet du recours des éléments de la sûreté au gaz lacrymogène au niveau du tunnel de la faculté à Alger.

La DGSN a affirmé, dans un communiqué parvenu à l’APS, que la “formation et le professionnalisme des éléments de la sûreté leur permet d’avoir un contrôle parfait des moyens légaux de maintien de l’ordre”, ajoutant que les éléments de la sûreté n’ont, ni par la passé ni à l’avenir, eu recours à l’utilisation du gaz lacrymogène dans de pareils espaces confinés.

“Les forces de la police ont fait barrage à un groupe de manifestants ayant subitement adopté un comportement agressif au niveau du tunnel de la faculté en recourant à des fumigènes et des pétards”, a fait savoir la même source, relevant qu’un autre groupe de manifestants a, par vengeance, mis le feu à un véhicule de police et saccagé des voitures appartenant à des particuliers.

Le communiqué a rappelé que jusqu’à 19h30, quatre-vingt-deux (82) policiers ont été blessés et 180 individus avaient été interpellés lors des marches organisées vendredi à Alger.

Articles relatifs

RSS
Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn