Actualités Economie 

Production de la filière de la pomme de terre 50 millions de quintaux de production par an

La production de la filière pomme de terre, a connu une « évolution exceptionnelle » ces dernières années,atteignant près de 50 millions de quintaux/an.

C’est ce qu’a indiqué le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Cherif Omari, lors de sa réunion deconcertation, qu’il a présidé Dimanche, avec le Conseil national interprofessionnel de la filière pomme de terre (CNIFPT). M. Omari a « rappelé l’évolution exceptionnelle qu’a connue cette filière ces dernières années, avec une production de près de 50 millions de quintaux/an sur une superficie de 150.000 hectares, en plus d’autres acquis importants, tels le professionnalisme et le savoir-faire technique », a précisé un communiqué du ministère.Dans le cadre de cette réunion consacrée au développement de la production nationale à l’organisation de la filière pomme de terre, ainsi qu’aux perspectives d’exportation à laquelle ont pris part les membres du CNIFPT et les cadres centraux du ministère, M. Omaria souligné l’importance de cette filière stratégique qui pèse dans l’économie nationale.II a estimé, que l’installation du CNIFPT « va permettre à cette activité,de se moderniser davantage pour contribuer à la diversification de l’économie nationale, vu les capacités et les potentialités qu’elle recèle à l’export ».De même, le ministre a rappelé que la diversification des zones de productionet l’effort consenti par l’Etat et les producteurs, ont permis de stabiliser les prix de ce produit de large consommation, y compris en période de soudure.M. Omari a réitéré l’engagement du secteur à accompagner et à soutenir cette filière, dans le cadre d’une feuille de route qui sera élaborée en partenariat avec les professionnels et tracera les principaux objectifs à atteindre, en matière de modernisation des systèmes de production et de régulation, d’augmentation de la production et l’amélioration de la productivité, ainsi que la généralisation des systèmes d’irrigation économiseurs d’eau, souligne la même  source. Dans ce sens, M. Omari « s’est engagé à accorder un soutien aux producteurs qui installeront le système d’irrigation goûte à goûte, une technique qui permet non seulement d’économiser l’eau, mais aussi d’améliorer le rendement, de réduire les maladies et d’utiliser moins d’engrais ».Abordant la question de la semence, le ministre a rappelé qu’un programme de développement de la semence de pomme de terre était en cours et sera actualisé et encadré afin d’arriver, à moyen terme, à produire une semence algérienne et sortir de la dépendance des importations, lit-on encore dans le communiqué

Articles relatifs

RSS
Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn