Actualités 

Le 20 mai sera le jour des grandes décisions judiciaires

Dans cinq jours exactement, autrement dit le 20 mai, un procès  et des décisions judiciaires seront prises, les unes civiles, les autres d’ordre militaire car les faits reprochés aux uns ne sont pas les mêmes que celles des autres.

C’est ainsi qu’Ali Haddad comparaitra devant le tribunal de Sidi M’Hamed qui a incarcéré ce prévenu pour falsification de documents et faux et usage de faux. Les avocats sont prêts pour défendre cet accusé qui est en ligne de mire de l’institution militaire mais dont les magistrats qui ont ordonné son incarcération préventive se défendent d’avoir obéi à une quelconque injonction provenant de la grande muette.

C’est du moins ce qu’ils affirment quoiqu’on ne comprenne pas pourquoi ils ont attendu tout ce temps pour le faire. C’est en fait toute la problématique de l’indépendance de la justice qui refait aujourd’hui surface grâce au mouvement citoyen qui a bouleversé des habitudes jusqu’ici bien enracinées dans le système judiciaire.

Quatre décisions seront prises ce jour là concernant quatre autres prévenus. Il s’agit de Saïd Bouteflika, du général à la retraite Mediene allias Toufik, du général Tartag nommé  par le président déchu chef des services de renseignements et enfin la dernière en date Louisa Hanoune, leader du parti des travailleurs. On reproche à ces accusés d’avoir eu des liens secrets entre eux dans le but de renverser l’autorité militaire, en clair il s’agit de Gaid Salah. Des faits graves qui peuvent entrainer des peines très lourdes. Pour le moment il ne s’agit pas de cela.

Ce 20 mai la chambre d’accusation du tribunal militaire de Blida aura seulement à se prononcer sur l’appel introduit par les prévenus demandant par le biais de leurs avocats leur libération provisoire en attendant la tenue de leurs procès. Si pour quatre d’entre eux, en l’occurrence Saïd Bouteflika, Toufik et Tartag la réponse de ladite chambre sera très probablement négative, celle de Louisa Hanoune, par contre peut, peut –être connaitre un sort différent car elle fait grand bruit et sa connotation sur le plan international commence déjà à faire réagir. Il n’est donc pas impossible  qu’on  décide de placer  l’accusée sous contrôle judiciaire en attendant son procès qui ne passera certainement pas inaperçu.

 

Articles relatifs

RSS
Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn