Actualités Economie 

SONATRACH OU CE QU’IL EN RESTE

Du 24 au 28 juin de ce mois de juin se tiendra à Dakar la capital du Sénégal le salon international du pétrole et du gaz (PETROGAZ). Sonatrach y est invitée car considérée comme la première compagnie d’hydrocarbures du continent africain. Seulement celle-ci qui était jusqu’ici représentée par Ould Kaddour n’a plus cette aura qu’elle avait retrouvée lors de la nomination de ce dernier à la tête de la compagnie nationale.

En effet celui qui la dirige aujourd’hui et qui exerçait la fonction de directeur de la production et de l’exploitation n’est pas connu par les grands patrons des multinationales du pétrole et du gaz. Efficace peut être en ce qui concerne la gestion technique du groupe mais effacé totalement pour toit ce qui touche à l’expansion de la boite qu’il dirige sur le plan international. On s’est rendu compte en ce qui concerne l’affaire de l’OPA de TOTAL sur une filiale d’ANDARKO, la multinationale américaine.

Sonatrach n’a pu faire grand-chose, laissant le nouveau ministre de l’énergie du gouvernement Bedoui s’en occuper mais celui-ci a visiblement échoué dans sa tentative de déjouer les plans de la compagnie française, voulant confier la primauté de l’achat des actions détenues par ANDARKO  sur les champs pétrolifères algériens à Sonatrach sauf que celle-ci n’est pas en mesure actuellement de les acquérir. Peut –être qu’il en aurait été autrement si Ould Kaddour était encore à la tête de la compagnie publique algérienne. Il avait l’audace et le savoir-faire qui manquent au nouveau dirigeant de Sonatrach.

Dans ce genre d’affaires tout se joue au flair et  à la prise de risques, éléments clés de la réussite de toute entreprise d’envergure internationale. Dans la situation actuelle du pays où tout se fait au jour le jour avec beaucoup d’improvisation, Sonatrach est en train de survivre alors qu’en principe elle doit surtout maintenant faire preuve de plus d’initiatives car le pays a un impérieux besoin de son concours pour continuer à verser des dividendes au trésor public qui en a vraiment besoin.

 

Articles relatifs

RSS
Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn