Actualités 

La médiation de Rahabi n’est pas rejetée

L’ancien ministre de la communication et de la culture considéré comme le monsieur propre qui a su préserver son indépendance d’esprit est écouté aussi bien par les forces dites du changement que par les partis et organisations regroupées au sein de la bannière dite Alternative démocratique. Il joue à présent le médiateur et cela semble lui réussir.

En effet il fait des allers et retours incessants entre ces deux visions de transformation du pays. Il négocie patiemment les points qui convergent et il passe ensuite sur les points qui divergent et c’est là où la négociation devient difficile mais il ne plie pas et il essaie de trouver un compromis qui convient au minima l’une ou l’autre partie. Il est quand même arrivé à éliminer un élément qui devenait un puissant verrou, celui de la constituante. Selon ses dernières déclarations le pole démocrate ne se focalisera plus sur le sujet car Rahabi, en fin diplomate a expliqué aux partis démocrates que le chef de l’armée ne veut pas en tendre parlé et qu’il refusera énergiquement toute demande faite en ce sens. Il est d’ailleurs largement suivi par les forces dites du changement qui elles ont compris qu’il ne faut pas aller aussi loin. Ce verrou éliminé il reste un autre, celui du maintien de Bensalah à la tête de l’Etat jusqu’à la prochaine élection présidentielle.

Les démocrates exigent son départ et veulent une direction politique au sommet de l’Etat qui serait assumée par une personnalité nationale faisant le consensus et ayant un esprit d’ouverture. Le pole du changement n’est pas contre cette idée mais il a également fait savoir que la présence de Bensalah ne les gênerait pas à condition qu’il reste neutre. Ce point est aujourd’hui âprement discuté par Rahabi et il s’est engagé à trouver un compromis qui satisfasse tout le monde y compris le chef de l’armée. Par contre il y a un point sur lequel tout le monde est unanimement d’accord c’est premièrement le départ de Bedoui et de son gouvernement et deuxièmement l’exclusion de la conférence nationale inclusive de tous les partis ayant soutenu un cinquième mandat de Bouteflika.

 

Articles relatifs

RSS
Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn