Actualités 

Des candidats désarmés devant la réalité qui les attend

La réalité socio économique du pays est périlleuse . Les cinq candidats qui se présentent aujourd’hui devant le peuple souverain pour queter ses voix en vue de les élire le savent parfaitement bien mais ils font comme si ce n’est pas si grave qu’on le prétend . Or deux d’entre eux , Benflis et Tebboune , car les trois autres ne feront que de la figuration,ont dit à maintes reprises que la situation économique du pays est catastrophique. Comment dès lors reverser cette tendance à moins d’un miracle .

Or de miracle personne n’y croit et à commencer par ces prétendants à la magistrature suprême. ; Par quoi vont –ils commencer ? Comment vont-ils s’y prendre ? Indépendamment du volet constitutionnel et institutionnel qui est déjà un dossier très important très attendu par les citoyens de ce pays qui attendent depuis 57 ans l’indépendance qu’on leur avait promise arrosée abondamment par le sang des chouhadas il y a l’autre volet qui est la conséquence directe du premier, celui de bâtir une Algérie prospère où l’égalité des chances en serait le pivot . Ce volet là est aujourd’hui  le socle sur lequel la nouvelle Algérie serait construite pierre par pierre car il faut tout recommencer à zéro. Quel serait ce candidat parmi les cinq qui pourrait devenir le chef de chantier de cet ouvrage monumental qui l’attend. Aucun d’eux car ils ont été formés dans le cocon de ce système politique qui existe depuis 1962 à nos jours. Pour qu’un tel miracle se réalise il faut du sang neuf mais ce n’est pas le cas . Un sang neuf qui ne serait pas le fait d’un seul homme , fut-il un super doué mais une construction globale à laquelle tous les acteurs sociaux participeront . Un nouveau socle qui mettra à contribution tous les citoyens et les élites du pays qui devront s’entendre à travers des débats de citoyenneté constructifs et ne traitant que de la manière de faire sortir le pays de ce cancer qui le ronge de l’intérieur et qui a pour noms corruption, bureaucratie, déni de droit , passe droit , marginalisation et conception d’un corps intouchable véritable cause du malheur qui touche l’Algérie depuis l’indépendance. Cela revient à dire que la sortie de la crise que connait le pays depuis des dizaines d’années n’est pas pour demain et que n’importe quel candidat ne pourra y faire face.

Articles relatifs

RSS
Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn