Actualités 

La tendance consensuelle de Tebboune clairement affichée

Le chef de l’Etat a reçu , jeudi dernier, Abdelaziz Rahabi ,ancien ministre de la communication, ayant joué à maintes reprises le rôle de médiateur pour rapprocher les points de vue du courant démocrate qui exigeait une transition avant l’élection présidentielle et celui dit de la plate forme nationale qui soutenait cette élection mais qui devait être précédée par une conférence inclusive réunissant tous les partis n’ayant pas soutenu un cinquième mandat présidentiel .
Rahabi est connu pour ses interventions politiques et ses conférences thématiques animées à travers tout le pays. Sollicité par le panel mis en place par le président par intérim de l’époque, Abdelkader Bensalah, il refusa préférant sa démarche, celle de la mise en place d’une passerelle entre ceux qu’on qualifie d’irréductibles et ceux désignés comme les pragmatiques qui réunissaient autour d’eux des partis nationalistes proches de la mouvance islamique avec toutefois une absence notable celle du MSP. Toutes les tentatives essayées et maintes fois rééditées ont échoué et finalement c’est le plan mis en place par le défunt Gaid Salah qui a fonctionné. Abdelmadjid Tebboune connait bien Rahabi et il apprécie sans doute ce qu’il a fait durant toutes ces années c’est pour cela qu’il a été reçu par lui et qu’il a entendu ce qu’il a à dire sur la révision de la constitution dont les travaux préparatoires viennent d’être confiés à un comité d’experts composé de juristes , tous professeurs d’université et chapeautés par Ahmed Laraba apprécié dans son pays et à l’étranger. Après avoir reçu il y a deux semaines Ahmed Benbitour, cet ex premier ministre qui ne s’entendait pas avec l’ex président et dont l’entretien a sans doute été fructueux car il concernait aussi bien le volet politique qu’économique, c’est à présent le tour de Rahabi. Tebboune l’a peut-être chargé d’une mission qui est dans les cordes de l’ex ministre de la communication et qui replace ce dernier dans son rôle d’éclaireur chargé d’explorer les meilleures pistes qui peuvent conduire au meilleur compromis pouvant rapprocher des avis différents autour d’un ou de plusieurs points communs. Le chef de l’Etat s’étant, à maintes fois déclaré être le rassembleur de tous les Algériens veut réussir ce pari et il a besoin pour cela du soutien de personnalités politiques connues et appréciées par le peuple. Benbitour, Rahabi qui sera le prochain ? On songe notamment à Hamrouche et à Taleb Ibrahimi qui ne se sont pas prononcés depuis l’élection du 12décembre. Le feront-ils à présent que la situation politique tend de plus en plus vers la normalité et qu’un nouveau gouvernement dont la composante répond à une sortie de crise ? Il y a de fortes chances que ce sera le cas car on ne peut concevoir que ces deux personnalités citées plus haut gardent le silence. Même s’ils ne font pas le déplacement à El Mouradia et ne se sont toujours pas prononcés sur le changement intervenu au sommet de l’Etat qui est intervenu après le décès tragique de l’ex vice ministre de la défense, ils ne pourront pas indéfiniment observer un silence radio… Une chose est certaine le président de la république fait aujourd’hui preuve d’ouverture politique à travers des consultations de haut niveau afin d’aller de l’avant et tourner définitivement la page d’une gouvernance du pays qui s’appuyait sur l’exclusion de ses élites

Articles relatifs

RSS
Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn