Actualités 

La dérive de Makri

Le leader du MSP  a déclaré hier que Mahfoud Nahnah avait gagné l’élection présidentielle en 1995 face à Liamine Zéroual. A l’époque le chef du parti islamiste avait officiellement fait un score de 25% face à Zéroual qui a fait 62% .Pourtant feu Nahnah n’avait nullement contesté son score qu’il trouvait même honorable car ce dernier était devenu le deuxième personnage politique après le président élu.

 

Sur quelles bases et sur quelles données le chef actuel du MSP s’est –il basé pour s’adonner à  une telle affirmation ? Sur un recours déposé à l’époque par le défunt leader et dont nous n’avons aucune connaissance ? Ou s’agit –il de rumeurs propices en cette époque tourmentée par une guerre sans merci contre le terrorisme qui menaçait d’effondrement toutes les institutions républicaines de l’Etat algérien. La question qui se pose aujourd’hui c’est pourquoi Makri sort ce lapin de son chapeau de magicien. A-t-il une idée derrière la tête ? On aimerait bien savoir laquelle car on ne voit pas de manière précise à quoi veut en venir le leader du MSP. Joue t-il les troubles fêtes dans le dessein de se positionner comme l’interlocuteur le plus fort de l’opposition afin d’amener le président de la république à le reconnaitre comme tel et amener le chef de l’Etat à dialoguer avec lui au détriment des autres acteurs politiques qui animent la scène politique et qui ne se sont pas manifestés de puis l’élection présidentielle du 12 décembre ? En réanimant un sujet qui a été effacé des mémoires depuis longtemps Makri espère peut –être se placer comme un pion incontournable du nouvel échiquier politique qui  est en train de se mettre en place .Son isolement sur la scène politique depuis la démission de l’ex président  y est sans doute pour quelque chose . Réitérant sa position inchangée de faire cavalier seul il veut profiter de la faiblesse endémique qui frappe aujourd’hui les deux plus grands partis de l’ex alliance présidentielle et l’intransigeance démesurée des partis de l’alliance démocratique qui refuse tout dialogue avec le président de la république pour faire sa rentrée politique avec un certain fracas car ne se contentant pas d’affirmer que c’est le défunt Nahnah qui aurait du être président en 1995 il exige aujourd’hui des réparations . Bien sur personne ne prend au sérieux une telle demande et encore moins une affirmation qui ne repose sur aucune preuve. Makri a joué une carte hasardeuse pour lui et son parti car personne ne croit que Tebboune tienne compte de telles élucubrations. La stratégie du président est claire lui qui n’a aucun parti dont il est leader. Il veut prendre langue avec des élites et la société civile. Que des partis y compris le MSP  suivent le mouvement il n’y verra aucun inconvénient. Par contre être lié d’une manière ou d’une autre à une formation politique ce n’est absolument pas ce qu’il veut. Il l’a d’ailleurs déclaré lors de son discours d’investiture. Toute cette agitation politicienne à laquelle on assiste actuellement c’est du vent.

Articles relatifs

RSS
Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn