Actualités 

Révision de la constitution : Les 7 axes fixés par le président

C’est fait ! Le comité d’experts chargé de formuler des propositions pour réviser la constitution actuelle et la rendre conforme à l’idéal démocratique revendiqué par l’ensemble des Algériens a été installé officiellement hier. Deux mois, jour pour jour, lui ont été assignés par le chef de l’Etat pour achever ses travaux qui devront déboucher sur un rapport de synthèse et d’un projet de loi fondamentale qui sera en final proposé au vote du peuple.

Sept axes fondateurs de cette constitution ont été proposés à ce comité d’experts composé de juristes  spécialisés dans le droit public et constitutionnel. Un comité présidé par le professeur Ahmed Laraba, constitutionnaliste et membre de la commission des droits de l’homme activant au sein de l’ONU. Ces axes sont les suivants :

  • Renforcement des droits et libertés des citoyens
  • Moralisation de la vie politique et lutte contre la corruption
  • Consolidation de la séparation des pouvoirs dans une orientation d’équilibre de ceux-ci
  • Renforcement du pouvoir du parlement en affermissant son contrôle de l’exécutif
  • Consolidation de l’indépendance du pouvoir judiciaire
  • Consolidation de l’égalité des citoyens devant la loi
  • Consécration constitutionnelle des mécanismes d’organisation des élections

Ces axes constituent le socle sur lequel fonctionnera la deuxième république que le chef de l’Etat veut instaurer et qui marquera une ère nouvelle pour les Algériens qui n’ont jamais connu depuis l’instauration de l’indépendance que l’arbitraire et la confiscation par les précédents pouvoirs de leur citoyenneté pleine et entière. L’élément le plus intéressant de ces axes concerne le renforcement du rôle du parlement et son contrôle de l’exécutif. Jusqu’ici le parlement n’a été qu’une caisse de résonance de l’exécutif dominé par un président au pouvoir exorbitant. On s’chemine donc vers un régime politique semi présidentiel où les missions imparties au président de la république et celles dévolues au parlement ne s’entrechoquent pas. C’est une garantie supplémentaire fournie à l’Etat de droit et de la citoyenneté. Il y a aussi le fait qui est loin d’être négligeable, celui de l’affirmation de l’égalité des citoyens devant la loi, une notion totalement négligée dans les constitutions précédentes et qui sera consacrée et constitutionnalisée. Enfin il y a aussi cet axe éminemment fondateur du mécanisme électoral. Avec son inscription contenant toutes les garanties de transparence dans la nouvelle loi fondamentale, toutes les fraudes dont s’étaient spécialisés les pouvoirs précédents seront bannies par la législation qui entrera en vigueur sitôt approuvée cette constitution.

Articles relatifs

RSS
Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn