Actualités Economie 

SONELGAZ Un compteur intelligent « made in Algeria »

Lundi à la Safex, Chaher Boulakhras, PDG de Sonelgaz, en marge de l’inauguration de la 3e édition du Salon de l’électricité et des énergies renouvelables. Dans les prochaines semaines, annonce-t-il, le groupe industriel et énergétique qu’il dirige « lancera un concours national de startup pour la production du compteur intelligent ».

La seconde phase, d’ordre expérimental, « prendra 6 mois et durant laquelle on choisira un site pilote en nord et au sud ». Dans sa déclaration, M. Boulakhras a indiqué que « l’Algérie, à contrario de certains pays qui ont importé le contrat, a opté pour le chemin le plus compliqué qui garantit une meilleure intégration nationale ». Il affirme, satisfait, que si le processus a nécessité du temps « le produit est aujourd’hui là, fait avec l’intelligence algérienne ». A propos de cette intégration, M. Boulakhras souligne que dans les énergies renouvelables, l’Algérie peut aller vers une intégration de 50%, relevant au passage la complexité de la tâche pour les investissements en panneaux solaires. « Il faut être vigilants. Des initiatives existent mais sont insuffisantes quantité en qualité et en quantité », fait-il savoir, ajoutant que l’intégration « est un processus pour lequel on essaie d’aller crescendo ». D’autre part le premier responsable de Sonelgaz a souligné que la transition énergétique est un impératif et un défi difficile à réaliser parce qu’il est lié au développement durable et impose d’atteindre le stade d’une économie décarbonnée. Outre cette difficulté liée aussi à la rareté et l’épuisement des ressources, l’orateur brandit les menaces qui pèsent sur l’environnement et nécessitent une conscience écologique, collective et individuelle. Enchaînant, M. Boulakhras indique qu’il faut investir dans un nouveau modèle énergétique. « Il nous est impossible à se focaliser sur l’investissement pour répondre à la demande nationale au moment où d’autres solutions existent, moins coûteuses et plus efficaces ». A cet effet, il voit en les EnR, la solution la plus prometteuse. Ce nouveau modèle permettra à Sonelgaz d’aller vers une production électrique décentralisée. En d’autres termes, une production locale sous formes de petits réseaux dits réseaux intelligents. Dans son allocution, M. Boulakhras dira que la diversification est une nécessité et les EnR constituent un vrai décollage pour l’industrie locale. En termes de réalisations, Sonelgaz a monté et mis en service 21 stations solaires et une en éolienne dans les Hauts-plateaux et le Grand sud avec une capacité globale de 354.3 mégawatts. Depuis leur mise en service, ces stations ont produit environ 2000 gigawatts.

Articles relatifs

RSS
Facebook
Twitter
LinkedIn