Actualités 

CORONAVIRUS : L’Algérie a élevé son niveau d’alerte

Abderrahmane Benbouzid,  le ministre de la santé, a déclaré, lors d’un entretien accordé au journal « Liberté »que l’Algérie a élevé son niveau d’alerte concernant l’épidémie provoquée par le Corvid 19 « Nous ne versons pas dans l’alarmisme mais nous sommes vraiment inquiets » a souligné le ministre. Autre son de cloche émanant de l’agence officielle APS qui rapporte que l’Algérie n’a jusqu’à présent, enregistré aucun cas positif, à l’exception de ce ressortissant italien qui se trouve en isolement.

Ces deux déclarations du ministre de la santé se contredisent. Dans l’entretien qu’il a accordé au quotidien « Liberté » Benbouzid montre une certaine inquiétude, tout en se voulant rassurant car selon lui toutes les mesures sont prises pour que les personnes ayant été contaminés pare ce virus soient dépistées à temps et qu’ils soient aussitôt acheminés vers des hôpitaux pour être placés en confinement et isolés du reste des malades. Le ministre a ajouté que les équipes médicales sont prêtes pour affronter la situation. Benbouzid n’a pas précisé si tous les hôpitaux du pays pourront faire face à la propagation de ce virus. Il a par contre signalé que les pharmacies du pays ont reçu des stocks de masques préventifs. Cela reste néanmoins à vérifier. Les déclarations du ministre de la santé faites à quelques heures d’intervalle, rassurantes pour l’organe officiel du gouvernement, sujettes à inquiétudes, selon le quotidien indépendant démontrent que sur le plan de la communication il y a beaucoup à faire. Les cachotteries peuvent couter des dégâts et provoquer des psychoses. Cela a été précisément le cas de l’Iran, qui a voulu cacher la vérité à sa population mais devant le fléau qui s’est abattu très vite sur ce pays il s’est rendu capable de mensonge et il subit aujourd’hui les conséquences désastreuses de son action. En ce qui nous concerne les mentalités n’ont pas changé. La preuve on dit une chose et  on la rectifie pour affirmer son contraire. En réalité il n’ ya pas qu’un seul cas contaminé qui a été enregistré il y en a deux. Pourquoi alors dire qu’il n’y a qu’un seul alors qu’un deuxième cas vient d’être recensé ? Veut-on malgré tout cacher la vérité à la population, laquelle ne s’est pas empêchée, à travers les réseaux sociaux de signaler des cas à travers tout le pays. Ce coté frileux qui a toujours prévalu chez les officiels algériens a de tout temps été néfaste car la vérité finit toujours par s’imposer et éclater à la face de ces officiels qui ne communiquent pas du tout et quand ils le font ils utilisent la langue de bois. Le cas de cette personne qui souffrait de symptômes grippaux sévères et qui a été admis il y a trois jours à l’Hôpital Dorban à Annaba  a démontré que cet hôpital spécialisé dans les cas présentant des infections virales n’était pas suffisamment prêt pour affronter une situation d’urgence comme celle imposée par l’épidémie du coronavirus. Certes le malade en question a été placé dans l’isolement mais les médecins ne savent pas avec la précision voulue si ce patient souffre d’une forme aigue de la grippe saisonnière ou s’il est infecté par le Corvid 19. Pour le savoir l’hôpital a envoyé un prélèvement sanguin du malade à l’institut Pasteur d’Alger dont les résultats seront communiqués à cet établissement dans quatre jours. Alors que dans les pays qui font face à ce virus les résultats ne dépassent pas deux heures. Tout cela prouve indéniablement que si demain l’épidémie se propageait en Algérie on n’est pas prêt pour y faire face rapidement malgré toutes les assurances qui sont affichées aujourd’hui.

Articles relatifs

RSS
Facebook
Twitter
LinkedIn