Actualités 

Le réveil des dinosaures

Les deux grands partis de l’ex majorité présidentielle qui avaient sans retenue soutenu un cinquième mandat de l’ex président déchu et forcé à démissionner  ont toujours été des spécialistes de retournement de situation .Ils veulent aujourd’hui  donner le change en  rempilant à nouveau, comme si rien ne s’était passé et que le mouvement du 22 février qui les visait directement deviendrait soudainement amnésique.

Ainsi chacun de son coté veut refaire peau neuve en nommant un secrétaire général à sa tête, comme si cela suffisait pour se refaire une virginité politique. En fait les militants de ces deux partis mastodontes , l’un issu du FLN historique , l’autre en réaction à ce dernier suite à l’épisode San Egidio où le FLN dirigé à l’époque par  Abdelhamid Mehri avait une appréciation différente du pouvoir issu du HCE dirigé pendant six mois par le  défunt Mohamed  Boudiaf qui a avait payé de sa vie une certaine idée de l’Algérie .

Le RND cette création microcosmique né au cours d’une guerre civile qui ne voulait pas qu’on l’appelle ainsi était devenu ,en l’espace de quelques années un dinosaure politique composé de tous les éléments hétéroclites de la politique. Tous les opportunistes ayant survécu à tous les régimes politiques qui ont gouverné l’Algérie depuis l’indépendance ont choisi ce parti pour se faire valoir à nouveau. Que ce soit coté FLN ou coté RND  les militants que l’on traite de patriotes et de nationalistes ne sont ni l’un, ni l’autre. Ils se sont appropriés des sigles et en ont fait leur fond de commerce. Ils croient encore que le pouvoir va faire appel à eux. Ils se trompent lourdement car le président de la république a clairement dit qu’il se situait au dessus de la mêlée et qu’il n’est issu d’aucun parti politique.

C’est une gifle retentissante qu’il assène au FLN  qui proclame toujours que Tebboune figure au comité central du parti. Son nom peut –être  est resté mais cela ne signifie rien car le chef de l’Etat n’a qu’un seul parti l’Algérie. Il en est de même pour le premier ministre, un technocrate qui ne s’est jamais mouillé dans la politique politicienne. Alors que ces deux partis aient des secrétaires généraux à leur tête, qu’est –ce que cela changerait ?

Le peuple à travers son mouvement du 22 février leur a franchement signifié son écœurement et ne lui a-t-il pas crié dans toutes les rues des villes d’Algérie  « FLN dégage ! ». Il n’y a pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.

Articles relatifs

RSS
Facebook
Twitter
LinkedIn