Actualités Info région 

Annaba/Visite d’inspection de projets touristiques Le cri d’alerte d’un investisseur touche l’opinion publique

Dans le cadre du développement du secteur touristique au niveau de la wilaya d’Annaba, le premier responsable de la wilaya M. Berrimi Djamel Eddine a repris son bâton de pèlerin et organisé sa énième sortie afin d’inspecter et de visualiser l’état d’avancement des travaux de réalisation de plusieurs projets touristiques, et ce, à la Corniche d’Annaba, précisément la plage Reffes Zehouan et Oued Boukrat 2.

Lors de cette visite touristique visant à s’enquérir du rythme imprimé aux travaux des projets, M. Berrimi a mis l’accent sur la “nécessité d’en augmenter la cadence et d’accélérer tous les mécanismes permettant de récupérer le retard enregistré”.

Il s’agit donc, de plusieurs hôtels, une résidence touristique, dont les travaux ont démarré le 02 mai 2020 pour un délai de 36 mois au maximum. La visite s’est déplacée vers le site d’un restaurant touristique en cours de réalisation, et ce, depuis l’année 2018, accusant un retard de deux ans.

Idem pour le projet de la Zone d’extension touristique de la baie Ouest de Chétaïbi, 70 km à l’Ouest d’Annaba, dont le coup d’envoi a été donné au début du mois de novembre 2014, par la ministre du Tourisme et de l’artisanat, Mme. Nouria-Yamina Zerhouni, et, dont le délai de livraison de cet immense projet devrait être terminé ce mois normalement, comme indiqué sur la fiche technique du projet. Cependant, la réalité dévoile autre chose, les travaux de la ZET n’ont pas atteint les 50%.

La visite a pris fin avec l’insistance du wali d’accélérer le rythme des travaux.

Dans un autre contexte, après la visite et comme d’habitude les détails et les photos prises durant cette sortie sont toujours publiées sur les pages Facebook officielles, en se faufilant dans les commentaires, on est tombé sur une histoire qui a commencé à attirer l’opinion publique. Voici donc, l’histoire de M. Drarédja Mohamed ” AU SECOURS Mr LE WALI !…

Laissez-moi travailler pour faire profiter les citoyens de la beauté de la côte Annabi. Ne me faites pas rater une 2ème saison estivale.

Ce bateau représente 30 années de travail et de sacrifices à l’étranger et 250 000€ dont 40% d’apport personnel qui sont en jeu. Pour les 60% de crédit bancaire que je ne peux rembourser faute d’avoir commencé l’activité (pas d’entrée d’argent…), je risque la saisie de mon domicile, que j’ai hypothéqué.”

Il s’agit d’un investissement privilégié par l’état, mais malheureusement saboté par les administrations, selon la même source.

Ce citoyen lance par cette déclaration un cri d’alerte pour que son investissement et sa problématique soient pris en charge par les autorités responsables, précisément le wali, en tant que premier responsable de la wilaya.

” J’ai vécu 30 ans en France et à la retraite, j’ai investi dans un petit bateau passager de balade en mer à Annaba de 55 places, activité pour laquelle j’ai obtenu l’agrément du ministère des transports (1er projet légal du genre à Annaba.) et l’approbation de la commission centrale de sécurité de la navigation maritime de la marine marchande. Je vis ” UN VÉRITABLE CALVAIRE DEPUIS 2016.”

“Le bateau qui a été construit à l’étranger se trouve actuellement au port d’Annaba depuis le 3 juin 2019 et je n’ai pas pu commencer le travail à cause de la bureaucratie et de l’incompétence des administrations (absence de centre de décision dans ce nouveau domaine).”

  1. Drarédja a sollicité par des dizaines d’écrits les autorités concernées, mais sans aucun retour pendant plusieurs années.

La même source ajoute qu’après 4 ans de demandes d’audience, il a enfin pu voir le wali début février pour lui expliquer les difficultés rencontrées pour réaliser son projet touristique de bateau balade en mer à Annaba, et où il lui a remis tous les documents nécessaires pour l’étude de son dossier. Par la suite, il est parti en France le 25 février pour des raisons médicales, et aujourd’hui il est bloqué là-bas à cause de la suspension des vols jusqu’à nouvel ordre, et ce, vu l’existence du Covid-19. Depuis sa rencontre avec le wali, l’investisseur en question n’a encore reçu aucune nouvelle.

Le monsieur a bien détaillé son problème ” il s’agit de trouver ” un poste à quai “, pour accoster le bateau et embarquer/débarquer les passagers, soit, au niveau du port commercial au niveau de la nouvelle gare maritime.

La deuxième proposition était au port de pêche qui ne convient pas à ce genre d’activité de tourisme à cause entre autres de l’incivisme, l’insalubrité, l’anarchie, qui caractérisent ce lieu, mais malgré cela il avait accepté en attendant l’ouverture de la nouvelle gare maritime, toujours selon lui.

” Le plus choquant, c’est que j’ai signé un contrat d’occupation de ce poste à quai et j’ai payé les frais correspondants (droit d’entrée en jouissance + 1 trimestre de loyer) mais je n’ai pas pu jouir du lieu loué car il est occupé illégalement par des embarcations et les services officiels (EGPP, garde-côtes, police,) qui ne veulent pas libérer le lieu comme stipulé dans le PV de la commission de wilaya”.

Une histoire des plus désolantes que ce citoyen Algérien est en train de vivre, espérons que son problème sera résolu dans les plus brefs délais, vu que la coquette et les Bônois ont besoin de ce genre de moyen de distraction, surtout que les autorités responsables veulent à tout prix développer le secteur du tourisme…voilà donc une occasion.

Articles relatifs

RSS
Facebook
Twitter
LinkedIn