Actualités Economie 

Les incubateurs/un rôle majeur à jouer

Le renforcement du rôle des incubateurs permettra à l’Algérie d’aller vers une économie alternative fondée sur le savoir et les start-ups a annoncé vendredi, le ministre délégué auprès du premier ministre, chargé de l’économie de la connaissance. 

Tout en considérant que le capital humain et la véritable locomotive de la croissance économique, Mr Yacine El-Mahdi  Walid a soutenu que les talents existent dans les régions du pays.

Ainsi les incubateurs d’entreprises de jeunes, contribuent à la consolidation de l’économie nationale, à l’encouragement de l’esprit innovateur et à la valorisation des ressources humaines pour bâtir une Algérie nouvelle, loin de la dépendance aux hydrocarbures.

Saisissant l’occasion d’une visite d’inspection et de travail qui l’a mené vendredi , dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj, le ministre délégué a salué le nombre élevé de porteurs de projets dans la capitale des Bibans , d’autant plus que dans un passé récent la majorité des projets et idées de ce genre ,étaient concentrés au niveau de la capitale.

Devant cet engouement, Mr Yacine El-Mahdi Walid, a soutenu que le programme de travail de son département ministériel repose sur le soutien aux porteurs de projets et idées innovants en vue de les concrétiser, tout en étend disposer à lever les entraves et écueils rencontrés par les jeunes porteurs de projets.

‘’Ceci leur permettra d’accéder au monde de l’entrepreneuriat,  en leur offrant des avantages fiscaux et en créant un fonds qui  aidera les start-ups à améliorer leur situation et instaurer un climat qui leur sera favorable’’ a-t-il mis en exergue.

Tout en évoquant l’existence de textes règlementaires encadrant les start-ups , permettant de surmonter les lourdeurs bureaucratiques , le ministre délégué à relever que  ces entreprises ont un caractère innovateur et une croissance rapide qui les place en ligne de mire à l’échelle locale et internationale.

« C’est à quoi, aspire l’Algérie nouvelle qui favorise le savoir » a-t-il fait savoir.

Par ailleurs, le dispositif du financement participatif (crowdfounding) qui permet la collecte de fonds au profit des start-ups via des plateformes internet, devrait être opérationnel à partir du dernier trimestre de l’année en cours.

« Ainsi les start-ups et les porteurs de projets peuvent bénéficier de cet outil de financement, dès le dernier trimestre 2020 » a indiqué le président de la commission d’organisation et de surveillance des opérations de bourses (COSOB).

La création de plateformes crowdfunding sera par ailleurs accompagnée par un dispositif d’exonération fiscale au profit des start-ups et par le lancement d’un fonds dédié au financement de la phase précédent la concrétisation des projets.

Articles relatifs

RSS
Facebook
Twitter
LinkedIn