Actualités 

Conseil des ministres Les dates de la rentrée scolaire fixées

Le conseil des ministres présidé hier par le chef de l’état, Abdelmadjid Tebboune, a fixé la date de la rentrée scolaire du cycle primaire au 21octobre en cours, et celle du 04 novembre pour les cycles moyens et secondaires.

Un Conseil des ministres s’est tenu, hier 04 octobre 2020 sous la présidence de M. Abdel Majid Tebboune, président de la République, commandant suprême des forces armées, et ministre de la Défense nationale. L’ordre du jour , s’est articulé  sur la présentation par le Premier Ministre  des bilans  d’activités du gouvernement au cours des deux dernières semaines et relatifs à un  certain nombre de dossiers, dont trois Avant-projet de loi, le premier ayant  trait à la loi de finances de 2021, qui vise à maintenir l’équilibre financier de manière à permettre la mise en œuvre de réformes économiques sur le terrain, et le second à régler le budget pour l’année 2018, tandis que le troisième avant-projet proposait  un cadre juridique pour la prévention et le contrôle des délits d’enlèvement et la détermination des sanctions qui leur sont appliquées. Des dispositions spéciales pour les enlèvements d’enfants sous toutes leurs formes et les Algériens protègeront les victimes d’enlèvements à l’étranger et les ressortissants étrangers résidant dans notre pays. Un comité ministériel s’est penché sur les alternatives possibles pour réglementer l’entrée dans les écoles et les universités et l’entrée dans la formation professionnelle et l’éducation 2020-2021, afin de prévoir les conditions de respect des mesures sanitaires liées à la réponse à la pandémie Covid-19, dans les espaces éducatifs et les services universitaires, notamment l’alimentation, l’hébergement et le transport. Un projet de modification d’un contrat conclu entre une agence « Pétrole » et la société Sonatrach, ainsi que le dossier du transport aérien, à la lumière des propositions inscrites dans le plan de travail du ministre compétent qui s’inscrivent dans la nouvelle approche économique et sociale, ont aussi été traités. Il s’agira de moderniser le fonctionnement de la compagnie Air Algérie, de renouveler la flotte aérienne, d’ouvrir de nouvelles lignes internationales, d’établir un aéroport hub en Algérie pour augmenter le trafic de transit, en particulier pour les clients africains, et d’assurer l’exploitation rationnelle des aéroports nationaux afin de fournir de meilleurs services d’expédition et de voyage.

Après approbation des dossiers en discussion, le Conseil des ministres a approuvé l’avant-projet de loi qui comprend le règlement du budget de l’exercice 2018, un projet d’arrêté présidentiel de reconfiguration de l’espace contractuel, et modifiant certaines dispositions de l’annexe n ° 1 au contrat du 21 août 2012 pour l’exploitation des hydrocarbures dans la zone d’exploitation dite Amjan Sud, qui a été conclue le 27 juillet 2020 entre l’Agence nationale pour la valorisation des ressources pétrolières et la société nationale Sonatrach. Il a également été approuvé les nominations et la cessation des fonctions à des postes de haut rang dans l’État, avant que le Président de la République ne lève la séance avec les directives suivantes:

Premièrement: Le secteur de la justice: Dans son commentaire sur le projet de loi sur la prévention et la prévention des enlèvements, le Président a affirmé: – L’engagement de l’État à protéger les citoyens et à promouvoir la justice et la primauté du droit pour renforcer la voie démocratique et restaurer le prestige de l’État, pour être juste et protéger les faibles après la propagation du phénomène des enlèvements, étranger à notre société, et la tragédie qui en a résulté. La loi ne doit pas être simplement un complément à l’arsenal juridique qui existe déjà. Dans ce contexte, il a ordonné: d’imposer des peines maximales, sans les réduire ni bénéficier de l’amnistie, quels qu’en soient les motifs et les raisons de l’enlèvement. Séparation juridique entre les affaires liées à l’état civil, telles que les cas d’enlèvement d’enfants résultant d’un mariage mixte, et la loi de protection et de lutte contre les enlèvements, afin d’éviter une dilution. Donner aux associations de la société civile un rôle fondamental dans la lutte contre ce fléau étranger à la société algérienne, en s’érigeant en partie civile

. Deuxièmement: l’avant-projet de loi de finances 2021: Dans le but de relancer l’économie nationale et de réaliser un nouveau départ en ligne avec le plan de relance économique, le président a souligné la nécessité de trouver une formule flexible pour le budget d’équipement dans la loi de finances 2021, en tenant compte des grands équilibres financiers, et ici le président a ordonné: éviter d’imposer des taxes qui Il n’a aucun effet sur la taille du budget et continue de réduire le fardeau des citoyens de préserver les emplois. Suivre les appuis dirigés vers le secteur agricole, notamment dans les grandes opérations de valorisation, après des années de mise en œuvre sans en évaluer le résultat ni fournir les données nécessaires dans ce domaine, et enquêter sur les dossiers d’accompagnement adressés aux différents acteurs agricoles. La fin du gaspillage, du gaspillage et de la complicité des différents pôles, et la conclusion de contrats d’efficacité avec les éducateurs en échange d’un accompagnement. La nécessité de créer un cadre juridique approprié pour assiéger le phénomène de la fraude au nom de positions plus élevées dans l’État et de durcir les peines les plus sévères pour la pratique de ce type de fraude qui a fait des victimes même parmi les pneus nobles. L’importer d’autres parties car il fait partie du troc. Élargissement de la liste des articles soumis au système de troc. Approuver des exonérations fiscales allant jusqu’à cinq ans au profit des entreprises émergentes. La nécessité d’optimiser l’utilisation des fonds privés et de se passer de l’inutile. Revoir les conditions d’enregistrement des transactions immobilières après-vente et établir une loi pour dissuader la fraude et l’évasion fiscale pour prévenir le blanchiment d’argent et lutter contre la corruption. Le resserrement des contrôles dans le domaine de l’impôt sur la fortune réelle pour éliminer l’incertitude en tant que principal obstacle à la numérisation. Encourager les petits investisseurs et porteurs de projets dans le cadre des entreprises émergentes, car ils sont la principale source d’autosuffisance et de création d’emplois. Évitez d’imposer ou d’augmenter des taxes sur la pêche maritime professionnelle. La tendance sérieuse à la construction de navires de mer en partenariat avec des étrangers, dont certains se sont montrés pleinement prêts dans ce domaine, en particulier des pays méditerranéens.

Related posts

RSS
Facebook
Twitter
LinkedIn