Actualités 

El-Kala /urbanisation

La ville côtière d’El-Kala est en train de vivre des transformations en matière d’urbanisation.

Celles- ci génèrent souvent des tensions entre voisinage et affectent dans une certaine mesure les modes de vie d’une population qui tend à devenir cosmopolite, tant sa structure sociale a connu de profonds bouleversements.

Ces transformations ou bouleversements, portés par des dynamiques de différents types ayant abouti à ‘’un informel urbain’’, interpellent à plus d’un titre les pouvoirs publics et notamment les collectivités locales, avec à leur titre l’assemblée populaire communale (APC).

Ainsi cette dernière, avec ses services techniques et autres, devra mettre un terme à ces ‘’productions illicites’’ de toute sorte d’ouvrages qui  se développent en dehors de la législation et la règlementation en vigueur.

Ainsi Mr Ain-Sowiya  Rachid, habitant de la ville d’El-Kala, se plaint du parti pris de l’APC avec son voisin.

Ce dernier a réalisé d’une manière illicite un garage pour son véhicule en empiétant sur quelques mètres de l’une des façades principales de son logement et en squattant un  espace réalisé par la commune, pour servir de parking aux habitants de ce lotissement.

Ce dernier a saisi le journal ‘’le national éco’’ en lui remettant toute une documentation justifiant du bien- fondé de la requête  adressée à l’APC pour mettre un terme à ce dépassement, en souhaitant  que cela lui suffira pour plaider sa cause.

Selon ses déclarations, il a été accompagné au début par l’APC, devant le tribunal afin qu’il puisse recouvrer ses droits, mais à son grand étonnement, cette dernière s’est rétractée en signifiant qu’elle n’est nullement partie prenante de cette ‘’affaire’’ qui demeure un problème de voisinage.

‘’Entre temps cette dernière a régularisé la réalisation illicite du voisin’’ a soutenu Mr Ain Sowiya.

Devant cette tournure, le sieur a été débouté par la justice, mais il a tenu à informer l’opinion publique sur de tels agissements qui n’honorent nullement leurs auteurs.

‘’Je tiens à informer l’opinion publique, à la prendre pour témoin en  dénonçant les agissements de ladite commune  pour que cela ne se reproduise plus’’ a soutenu ce dernier.

 Devant cette situation, les services techniques et contentieux de l’APC  d’El-Kala se sont défendus, en mettant en exergue les textes et lois en vigueur.

Ces services  ont justifié la position de l’APC ,par le fait que le voisin du plaignant ,a déposé un dossier de permis de construire de son garage en bonne et due forme.

‘’C’est sur la base de ce dossier que l’APC lui a remis un permis de construire’’ a-t-on indiqué au niveau des services indiqués.

Le second cas révélé en la matière dans cette même  ville, est celui d’un  d’eau  et à chaque saison des pluies, les eaux inondent  la bâtisse de son voisin.

Devant cette situation qui dure depuis plusieurs années, Mr Krim  Abdelwahab, représentant des héritiers Krim, a remis tout un dossier  au journal ‘’le National éco’’ pour dénoncer de tels agissements.

Des documents présentés, il ressort notamment une expertise réalisée par la commission technique  de daïra qui indique  qu’effectivement Mr B.S a construit sa maison sur ce court d’eau et qu’il est tenu à tout remettre en état pour permettre aux eaux de circuler librement et mettre un terme aux souffrances de son voisin qui vit un calvaire à chaque saison des pluies notamment.

Pour faire face à cette situation qui a empoisonné sa vie, Mr Krim a déposé plusieurs plaintes devant  la justice afin de trouver une  solution à son problème, sans omettre de saisir les autres services concernés.

Devant cette situation, les services communaux ont soutenu que cette affaire est pendante devant la justice.

De son côté le journal ’’le National éco ‘’ a pris attache avec Mr B.S pour avoir sa version des faits appuyés par des  documents dans la mesure du possible.

En accédant à la requête du média indiqué, le sieur B.S a indiqué  qu’il est dans ses droits, en règle vis-à-vis de la règlementation en vigueur et que la justice l’a innocenté, malgré les nombreuses plaintes déposées  par son voisin, quant à cette affaire.   

  Dans un autre volet, purement administratif, Mr Toumi El-Hadi de la commune de Boutheldja a adressé une correspondance au wali d’El-Tarf et dont le ’’National éco’’ détient une copie, pour dénoncer un incident qui s’est produit dans la commune Boutheldja et prendre les mesures qui s’imposent.

Selon cette missive, et, en date du 27/O5/2017, ce monsieur s’est présenté tôt le matin aux services de l’état civil de ladite commune pour retirer une fiche familiale d’état civil mais à son grand étonnement, aucun préposé au guichet n’était à son poste de travail

Cette situation, l’a poussé à signaler cette carence sur le registre de doléances mis à la disposition des citoyens.

Au début de l’année en cours, soit le 06/01/2021, ce même citoyen s’est présenté à nouveau devant les mêmes guichets de la commune indiquée, mais cette fois-ci, il a relevé des ‘’faits inhabituels’’ et une nombreuse affluence.

« En attendant mon tour pour retirer mon  fameux document, j’ai décidé à nouveau d’attirer l’attention des responsables et élus locaux par le biais du même registre » a-t-il soutenu dans sa correspondance au premier responsable de la wilaya.

« Grande fut ma surprise en ouvrant ce registre  de doléances en 2021, soit quatre années plus tard  et en guise de réponse à ma première requête (en page 41), j’ai été contrarié par une réponse aberrante, doublée de propos obscènes et vulgaires »a soutenu la même source.

Devant cette situation inattendue et tout en soutenant que ce registre n’a jamais été exploité, pour remédier aux maux qui rongent la vitrine de la commune, en l’occurrence les services de l’état civil, Mr Toumi a saisi le secrétaire général de la commune pour plaider sa cause.

‘’Le secrétaire général à garder un mutisme et un silence qui en dit long sur cette situation embarrassante et a ordonné tout simplement le retrait de ce vieux registre pour le remplacer par un autre’’ a soutenu le plaignant.

« Par ce qui précède, j’ai saisi le premier responsable de cette wilaya, pour traiter une affaire d’intérêt général, être réhabilité avant tout, d’ouvrir une enquête pour connaitre les tenants et aboutissants d’un tel comportement  tout en  sanctionnant les contrevenants qui ne se gênent nullement de porter atteinte à l’intégrité morale des citoyens en les persécutant, les humiliants et les insultants »a mis en exergue Mr Toumi.

Related posts

RSS
Facebook
Twitter
LinkedIn