Éditorial 

UN GRAND MALAISE ET DES OPPORTUNISTES A L’AFFUT

DIRE QUE C’EST UN PRETENDU CONFINEMENT SANITAIRE,RELEVE DE L’ABSURDE.

Jamais un pays n’a connu autant de procès en cascade liés principalement aux vols, détournements et viols des lois d’une république, mis à part l’Italie avec ses maffias. Depuis la destitution qui ne dit pas son nom de l’ex président, la justice est mise en branle pour juger tous ces contrevenants aux lois de la République, une tâche colossales, tant les dossiers sont nombreux, complexes et criminels dans bien des cas. Le récent dossier rouvert pour la circonstance de Chakib Khellil dénote, si besoin est, toutes ces ramifications qui se sont créées durant le règne du président déchu, démontrant au passage toute l’ampleur des pertes subies et qui ne sont pas prêtes d’être recouvrées. Les montants sont faramineux, les pots de vin sont tout aussi monstrueux, les dilapidations à toutes les échelles de l’administration sont colossales et pour cela, il faut toute une armée de policiers, de gendarmes et surtout de magistrats pour comprendre ce qui s’est réellement passé durant ces deux dernières décennies. Pour le citoyen lambda, il savait que le pays ne tournait pas rond et que la corruption battait son plein à vue d’œil sans que cela n’ait pu gêner tous les responsables de ces massacres, mais il ne voyait que la partie visible de l’iceberg. Au fond, le mal était encore plus terrible, c’est comme ce cancer qui révèle après un scanner ou une IRM, des métastases qui ont envahi tout le corps et qu’en pareilles situation, il n’y a plus grand-chose à faire si  ce n’est que se résigner à un sort qui a été jeté par on ne sait quel démon.

Pendant ce temps, c’est une autre caste de politicards qui veut en tirer les dividendes sur le malheur d’un pays, rongé par ses propres enfants en mettant tout le monde dans la même assiette. Pour le commun des mortels, s’il n’y avait pas eu ce Hirak avec ses hommes et ses femmes au courage, désormais inscrit dans l’histoire de l’Algérie, mais aussi, toutes ses bonnes volontés qui avaient eu le courage d’accompagner ce mouvement citoyen, la situation du pays aurait certainement tourné au drame dans une guerre civile qui aurait fait encore plus de mal. Les voleurs auraient pris la fuite, laissant le pays dans une totale confusion, voire une division qui aurait été finalisée par les ennemis de toujours. C’est facile de parloter après coup mais dans les moments où rien n’était encore joué, les plus lucides étaient dans la tourmente, car tous les scénarios catastrophes étaient réunis pour qu’un éclatement surgisse à tout moment.

Mais il était dit que ce pays et cette terre, ne seront jamais la proie des prédateurs, il y a des anges qui veillent sur ce pays et des hommes et des femmes qui savent le défendre comme l’ont défendu leurs ancêtres, même si les moyens restent dérisoires. Une poignée avait suffi pour sortir le pays de ce gouffre si abyssal comme ces 22 fous qui ont bravé la quatrième puissance mondiale, le truc, c’est qu’ils avaient raison pour que le bien triomphe du mal.

Aujourd’hui, malgré toutes ces difficultés, crise sanitaire ayant engendré une crise économique sans précédent à laquelle il faut ajouter la maladie du Président de la république, le pays avance et se projette dans un avenir, certainement plus radieux, ceci, grâce à la volonté des uns et des autres pour relever tous les défis qui attendent nos générations futures.

Cependant, ceux qui continuent de vociférer et d’attiser de la haine, devront, eux aussi répondre de leurs actes macabres, car ce n’est pas en pareilles circonstances qu’on adopte des postures de caprices, synonymes d’indifférence, alors que le pays vacille. L’exemple des Etats-Unis est éloquent à plus d’un titre. Là bas on ne transige pas avec la sécurité du pays, tous les moyens militaires ont été mis en place pour ne permettre à quiconque d’attenter au pays et aussi bien les républicains que les démocrates se sont unis pour débarrasser le pays d’une vermine qui allait projeter le pays vers l’inconnu. Même ses plus proches collaborateurs l’ont dénoncé y compris la banque qui l’a toujours soutenu, s’est détachée de lui, car c’est devenu carrément «  persona non grata ». C’est cela le sens de l’Etat, il est au dessus de toute considération idéologique ou partisane, on  ne joue pas et on ne profite pas d’une situation chaotique pour prétendre à un pouvoir comme, tentent de le faire certains des politiques du pays. La récente déclaration d’un membre du parti des travailleurs est allé, toute honte bue jusqu’à dire que c’est prétendu confinement sanitaire qui profite au gouvernement. Une déclaration lourde de sens et dont l’auteur doit impérativement rendre compte, car chaque mot prononcé doit être analysé pour comprendre la portée de telles assertions, au demeurant infondées, mais surtout empreintes d’une mauvaise foi caractérisée.

La nouvelle mouture de la loi électorale est une avancée notable dans la construction des institutions de notre pays, certes, le temps du politique n’est pas celui d’un parti, les choses avancent, peut-être pas à une vitesse voulue, mais il est dit que si l’on brûle les étapes d’une construction, on risque de se casser le visage, une sagesse que beaucoup de ces opposants auraient dû s’en imprégné.

Il y a aussi l’histoire de toutes ces grandes nations qu’il faut revoir, comprendre et s’en inspirer pour comprendre qu’une nation ne se construit pas du jour au lendemain, il y a des passages à vide comme la vie d’’un homme, car pour arriver à une certaine maturité, il faut passer par bien des chemins, pour la plus part scabreux et pleins d’embûches, que dire d’un pays qui vient de naître, mais cela reste la défaillance de tous ces apprentis politiciens qui n’aspirent qu’à prendre un pouvoir quelque soit les dégâts.

Related posts

RSS
Facebook
Twitter
LinkedIn