Actualités Éditorial 

L’EAU CETTE PRECIEUSE SOURCE DE VIE SUJETTE A TOUS LES GASPILLAGES

A QUAND UNE GESTION RIGOUREUSE ?

Lors de sa visite à Constantine, le ministre des Ressources en eau, Arezki Berraki avait déclaré que  8.000 autorisations de forage de puits ont été octroyées et que près de 45% des capacités de nos barrages ont été atteints et qu’à ce titre, le stress hydrique qui planait, est de fait atténué par les récentes précipitations. Mieux encore, l’on s’attend à ce qu’il y ait davantage de remplissage aussi bien dans barrages que dans nos nappes phréatiques durant les mois de février et mars. Des déclarations rassurantes, tant pour l’agriculteur que pour le citoyen lambada qui verra son robinet couler à satiété et pour le cultivateur à irriguer ses champs en toute quiétude. Cependant et comme pour les logements sociaux, le gouvernement se préoccupe surtout par rassurer le citoyen des moyens mis en œuvre pour répondre à des demandes, au demeurant existantes, mais dans une anarchie, presque totale.

En effet, tant pour les logements sociaux que pour l’eau, le gaspillage est  démentiel et qu’à ce titre, toutes les réserves du monde ne pourront satisfaire ces demandes en l’absence d’une gestion plus rigoureuse et plus stricte.

En matière d’eau, la gestion par le biais de ces sociétés, telle la SEACO ou la SEAL, reste aléatoire à plus d’un titre. Les fuites qui s’y produisent consomment plus que l’utilisateur et c’est ainsi que tous les efforts consentis, à coups de milliards resteront vains devant tant de laxisme. Même dans le domaine de l’agriculture, l’irrigation qui n’a pas encore     atteint une consommation parcimonieuse avec l’utilisation à grande échelle des nouvelles techniques dans   ce domaine précis, continueront à affecter lourdement cette ressource, si précieuse et si rare si l’on tient compte des résultats des différentes recherches qui annoncent une raréfaction de cette ressource à travers la planète. C’est exactement la même chose pour les logements sociaux qui continuent d’obséder le gouvernement pour annoncer la réalisation de plusieurs projets de construction, alors que  la plupart de ces mêmes logements restent inhabités et donc proposés à la location ou la vente.

Dans les deux cas, les sociétés en charge de ces secteurs doivent, avant tout revoir leur patrimoine pour le gérer de manière efficiente et éviter de tels gaspillages, ce serait un gain inestimable qui pourrait définir de manière exacte les vraies demandes en la matière.

L’histoire de nos ressources énergétiques est là pour nous renseigner sur tous les gaspillages enregistrés et la destination de nos profits qui n’ont servis que les renégats, alors que l’ont pouvait en faire des miracles.

L’avenir de toutes les nations reste incertaine au regard de ce qui se passe en l’état actuel des choses, notamment avec la crise sanitaire qui n’augure rien de bon et si l’on continue de s’accrocher à nos anciens reflexes, de laxisme, de gaspillage et d’égoïsme, les générations à venir en paieront le prix cher et au lieu d’avoir de pieuse pensées pour leurs aînés, ils les maudiront de ne leur avoir laissé que des plumes.

Related posts

RSS
Facebook
Twitter
LinkedIn