Actualités Info région 

LA CELLULE D’ÉCOUTE DES INVESTISSEURS SUR LE TERRAIN

PLUS DE DOUZE UNITÉS ÉCONOMIQUES VISITÉES PAR LE WALI

De sept heures du matin jusqu’à seize heures trente minutes, le Chef de l’Exécutif a soumis ses proches collaborateurs, les journalistes qui l’accompagnaient, la protection civile et les services de sécurité à un véritable marathon à travers quatre grandes communes de la wilaya.

Agissant sur instruction du Premier ministre, relative à l’accompagnement des investisseurs dans la réalisation de leurs projets économiques, Mr Berimi Djamel Eddine wali de Annaba, ne cesse depuis près d’un trimestre, d’opérer deux à trois visites par semaine sur le terrain, afin de faire toucher du doigt par les membres de la cellule d’écoute des investisseurs, les problèmes de fonctionnement d’unités économiques privées, ou en cours de réalisation.

Ceci, nonobstant les réunions chaque lundi après midi des membres de la cellule d’écoute avec audition des investisseurs qui rencontrent des blocages de toutes natures,Cette méthode pragmatique de prise en charge des préoccupations des investisseurs, a permis de mieux cerner les problèmes et de délimiter avec précision leurs origines.Et c’est la raison pour laquelle, le Chef de l’Exécutif est toujours accompagné des responsables des structures concernées, afin que les orientations et les décisions adéquates soient prises sur place.

La visite ou plutôt le marathon, a débuté par la gigantesque et formidable bâtisse de l’ex INSID à Sidi Amar en état d’abandon depuis plus de quinze ans.Après sa reprise par l’État au début des années 2000 , ce bijou a été cédé à l’Agence Nationale des Parcs Technologiques ( ANPT), qui n’a pas su le gérer. Et c’est sur décision du gouvernement justement, que cette infrastructure a été récemment affectée à l’Agence Nationale d’Aide au Développement des Entreprises ( ANADE ).qui remplace l’ex : ANSEJ.

Quatre autres unités économiques qui rencontrent des problèmes de fonctionnement dans la commune de Ain Berda, plus exactement au niveau de la ZAC de Aîn-Sayed ont été visitées.Il s’agit de la minoterie MAGROSTAR appartenant à KOUIDER, qui souffre d’un manque d’énergie électrique, d’eau et de fibre optique pour la télécommunication.Selon les premières estimations, l’alimentation de cette zone en énergie électrique coûterait des centaines de milliards.Pour parer au plus pressé et ne pas laisser les installations à l’arrêt, le wali a suggéré l’installation de groupes électrogènes fonctionnant au gaz.Quant à l’alimentation en eau, elle se fera par le creusement de forage.La fibre optique qu’il faut ramener d’une distance de quelques cinq cents mètres,sera également au rendez-vous.

L’autre site important au niveau de cette zone, concerne l’entreprise IMMOKAL.Cette dernière, entièrement réalisée par les Sud-Coréens, n’a pas encore démarré malgré que tous les équipements sophistiqués ont été installés.À cause de la pandémie du covid19, les asiatiques n’ont pas voulu venir pour faire démarrer l’usine.Il faut souligner que cette usine de fabrication d’alluminium de haute qualité spécifique est unique en Afrique.Le Wali a promis que l’ambassadeur de la Corée du Sud à Alger va être saisi, pour accélérer la venue des techniciens coréens afin de procéder au démarrage de l’unité.

La suite du programme de la visite de la délégation au niveau des communes de Berrahal et d’El-Bouni, paraîtra dans notre édition du samedi 29 janvier.

Related posts

RSS
Facebook
Twitter
LinkedIn