Chroniques bonoise 

LES FIDAIS DE BOUHAMRA.

La cité BOUHAMRA, baptisée Boukhara en 1987 par l’ex: Wali de Annaba Baghdadi Lalaouna, était un camp de concentration nommé ” SAS ” par pudeur hypocrite.Des populations hétéroclites ramenées de plusieurs campagnes et villages de l’Est algérien, étaient entassées dans des guitouns et tentes ” marabout “, d’autres dans des barraques de fortune.La communauté des béni Aades était rassemblée dans une zone mitoyenne du camp militaire, qui abritait les locaux de la Section Administrative Spéciale (SAS), chargée de gérer cette vaste prison à l’air libre.Dès son installation, la population arrachée de force de ses terres et ses biens, s’organisa et créa des cellules FLN de base dont l’un des premiers responsables fut El-Hadj Hellal que DIEU ait son âme.C’est ainsi que de ce noyau sortirent de courageux fidaynes à l’image des frères Djemoui aziez et alla, Buck John, Zaz dit petit Ahcene, Diffallah Rabah, El Haddi Touati et beaucoup d’autres.Leur moyenne d’âge ne dépassait pas les 22 ans.La première action de ces moudjahiddines, consistait à découvrir les traîtres et les éliminer.Beaucoup de ces ” bouchekara ” ont été égorgés de nuit, au sein même de la cité au nez et à la barbe des goumiers.Devant la recrudescence des actes des fidaynes, les goumiers et certains militaires européens, n’étaient plus le nez en dehors de leur campement après 18 heures.Ce qui rendît ce camp de concentration un no- MANSLAND dès la tombée de la nuit.Pour effectuer des contrôles nocturnes dans les maisons, les goumiers de la SAS commandés par un certain capitaine Daguet, se faisaient renforcer par les bérets verts ramenés de la garnison Yusuf de Bône.Malgré cette pression, les fidaynes de BOUHAMRA n’ont pas cessé de harceler le contingent chargé de leur surveillance.C’est ainsi, qu’un jour vers 10 heures du matin, le fidai Guerbatou Ahcene, a failli abattre le sergent chef Loiseau dit boulahia à l’intérieur d’une buvette de vente de boissons alcoolisées.Malheureusement, le revolver du fidai s’était enrayé et il prit fuite à travers champs pour se diriger vers le ruisseau d’or en traversant la Boudjima.

Related posts

RSS
Facebook
Twitter
LinkedIn