Nécessité de relever le taux d’intégration locale du produit

Le ministre du Commerce, Ahmed Abdelhafid Saci, a appelé les producteurs et exportateurs nationaux des produits de beauté à la nécessité de relever le taux d’intégration locale du produit afin de préserver les produits subventionnés, de protéger l’économie nationale et les réserves de change, a indiqué hier, un communiqué du ministère.

Le ministre avait présidé, lundi (le 24 juillet en cours), une réunion de la Cellule d’écoute et de suivi des producteurs et exportateurs des produits de beauté et de nettoyage, en présence des représentants des ministères de l’Industrie et des Mines, et des Finances, a ajouté le communiqué. M. Saci a ouvert cette réunion consultative élargie en donnant un aperçu général sur le programme du gouvernement qui vise à soutenir le produit national, ainsi que sur les directives données du Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, en la matière, en application du programme du président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

A cette occasion, les opérateurs économiques ont exposé un état détaillé sur l’ensemble des problèmes auxquels font face les producteurs, principalement les matières premières utilisées, et sollicité l’appui et l’accompagnement du ministère du Commerce pour augmenter les exportations à l’étranger, notamment vers le continent africain qui constitue, selon les intervenants, «un marché prometteur». En outre, il a été procédé, lors de cette réunion, à l’évaluation de l’état de mise en œuvre des actions qui ont été engagées au profit des producteurs ainsi qu’à l’examen des thèmes à caractère interministériel et qui relèvent de la responsabilité des secteurs concernés.

A cet égard, le ministre a salué les efforts consentis par les producteurs en accord avec la stratégie nationale qui vise à réduire le poids des importations et à accroître les quotas d’exportation hors-hydrocarbures, exprimant par là même, son attachement à la nécessité d’accorder un intérêt à la qualité, à l’augmentation des moyens de recherches et de développement et à préserver la santé du citoyen, par rapport à ces produits fabriqués qui peuvent présenter un risque réel pour la santé du consommateur. M. Saci a également donné des directives à l’ensemble des cadres du secteur, les enjoignant d’accompagner et de suivre de près les producteurs et exportateurs et d’accorder toutes les facilités autorisées par la loi, affirmant qu’un dialogue sera amorcé avec le reste des secteurs concernés.

-Algerie360.

Related posts

Leave a Comment