Economie 

Le milieu pétrolier algérien a montré des exploits”positives” (Coface)

PARIS- Le secteur pétrolier algérien a montré des performances “positives” comparativement à 2015, a affirmé la Coface dans son rapport annuel “Risque pays 2017”, relevant que la croissance “n’a que faiblement ralenti en 2016”.

“En dépit de la baisse du PIB pétrolier nominal, le secteur pétrolier a montré des performances positives comparativement à 2015 en maintenant un taux de croissance supérieur à zéro”, a expliqué la Coface, un organisme français d’assurance-crédit, dans son analyse des risques et prévisions sur 160 pays, publiée lors du colloque organisé mardi à Paris.

Dans ce nouveau rapport, l’Algérie a été classée à la catégorie C où le risque d’impayés des entreprises est élevé, et à la catégorie B en matière d’environnement des affaires où la fiabilité et la disponibilité des bilans d’entreprises sont “très variables”, alors que dans le précédent, elle était dans la catégorie B avec un risque “assez faible”.

La note C concerne donc les pays dont les perspectives économiques et financières sont “très incertaines”, selon l’explication du rapport, et la probabilité moyenne de défaut des entreprises est “très élevée”.

Figurent dans cette catégorie notamment l’Afrique du Sud, l’Egypte, le Liban, le Brésil, la Russie et la Grèce.

Dans son analyse sur l’Algérie, la Compagnie française d’assurance pour le commerce extérieur a indiqué que l’économie hors pétrole a certes présenté des signes de ralentissement, mais ils concernent principalement le secteur manufacturier et le secteur public.

Les services et les secteurs liés à la consommation sont quant à eux restés “dynamiques”, a estimé la Coface qui a constaté que les dépenses des ménages sont restées “soutenues” en partie “grâce au maintien des subventions hors énergie”.

Le rapport fait observer que face à un risque de ralentissement “prolongé” suite à une baisse des investissements en capital, les autorités algériennes avaient, en outre, maintenu les dépenses sociales et une réforme de la fiscalité des entreprises du secteur privé.

“Les mesures d’austérité annoncées en 2017 devraient cependant conduire à une nette décélération de l’activité mais le gouvernement prévoit dans le même temps de lancer un plan de diversification économique sur la période 2016-2019”, a-t-il rappelé, soulignant que ce programme aura pour objectif de favoriser 18 filières industrielles et d’amorcer la relance et l’intégration des industries ainsi que la création d’emplois.

Par ailleurs, la Coface a estimé que la légère augmentation du prix du pétrole attendue en 2017 “ne suffirait pas à faire baisser la pression sur les finances publiques et les exportations, qui continuerait  à peser sur l’environnement macroéconomique national”, voyant dans la hausse des taxes et de l’inflation une contrainte pour la consommation des ménages.

Sur le plan des dépenses, l’analyse de la Coface fait ressortir une diminution du déficit public en 2016, prévoyant le maintien du déficit de la balance commerciale “en dépit des tentatives de la part des autorités de juguler la facture d’importations”, indiquant que l’Algérie reste, en outre, “largement tributaire” de son partenaire européen.

Parmi les points forts de l’Algérie que la Coface a notés figurent les “importantes” réserves de pétrole et de gaz, le potentiel dans les domaines des énergie renouvelables et du tourisme et la situation financière extérieure “solide” (très faible endettement extérieur, importantes réserves de change).

 S/aps

Articles relatifs

Leave a Comment

RSS
Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn