Economie International 

Le pétrole new-yorkais ouvre en baisse, respirant après des records

New York: Le prix du baril de pétrole a ouvert en baisse mercredi à New York, les investisseurs prenant leurs bénéfices après des plus hauts depuis deux ans et demi atteints la veille.


Vers 14H10 GMT, le baril de light sweet crude (WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l’énergie.) pour livraison en février, référence américaine du brut, reculait de 34 cents et s’échangeait à 59,63 dollars sur le New York Mercantile Exchange.
Les investisseurs prennent leurs profits“, après la très forte progression connue mardi, a commenté Mike Lynch, de SEER.

Le pétrole coté à New York et à Londres a atteint mardi un plus haut depuis la mi-2015, touchant respectivement en séance des pics à 60,01 dollars et 67,10 dollars.

Les derniers jours de l’année sont d’ailleurs généralement une période de prise de bénéfices. C’est d’autant plus le cas cette année après la longue période de hausse que nous avons connue“, a-t-il expliqué.

Le pétrole a enregistré une hausse progressive depuis la fin du mois de juin et a progressé de plus de 16 dollars sur le WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l’énergie. et de plus de 21 dollarssur le Brent.

Les prix ont connu une nouvelle flambée mardi en réaction à une explosion sur un important oléoduc en Libye, qui achemine le brut du Sud libyen vers un terminal du nord-est du pays, provoquant une baisse de la production de plus de 70.000 barils par jour.

Les craintes des investisseurs sont venues s’ajouter à celles liées à la fermeture d’un autre oléoduc, celui de Forties en mer du Nord, depuis le début du mois, par lequel passent habituellement l’équivalent d’entre 400.000 et 450.000 barils de pétrole chaque jour, soit 40% de la production britannique d’hydrocarbures en mer du Nord.

L’oléoduc Forties est toujours fermé, mais son opérateur Ineos a affirmé que les réparations étaient désormais finies et que des tests de pressurisation étaient en bonne voie.
Concernant l’oléoduc libyen, le volume “est bien inférieur au débit de Forties“, a cependant souligné Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix.

Les marchés se concentrent plus sur le fait que de plus grosses perturbations pourraient survenir dans le pays“, a ajouté M. Lynch.

 

 

 

 

 

 

 

 

prixx du baril

Articles relatifs

Leave a Comment

RSS
Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn