Actualités Monde 

Coronavirus : Une partie du nord de l’Italie, dont Milan et Venise, placée en quarantaine

ÉPIDÉMIE Les déplacements pour entrer et sortir de ces zones seront strictement limités

Elle devrait être mise en place « dans les prochaines heures ». Le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, a signé dans la nuit de samedi à dimanche le décret officiel signifiant le placement en quarantaine de millions d’habitants du nord du pays. Plusieurs médias locaux avaient déjà annoncé que la Lombardie, dont la capitale économique du pays Milan, ainsi que la région de Venise, le nord de l’Emilie-Romagne et l’est du Piémont, seraient placées en quarantaine pour endiguer le coronavirus.

Les déplacements pour entrer et sortir de ces zones seront strictement limités durant la quarantaine, qui restera en vigueur au moins jusqu’au 3 avril, selon le projet de décret du gouvernement cité samedi soir par l’agence Ansa ainsi que les quotidiens La Repubblica et Il Corriere della Sera. Sur son site, ce dernier a mis en ligne une carte des zones concernées par la quarantaine.

Milan compte un peu moins de 1,4 million d’habitants, et 10 millions de personnes vivent en Lombardie, cœur économique de la péninsule. Le décret gouvernemental prévoit aussi une quarantaine pour une partie de la Vénétie (région de Venise) et de l’Emilie-Romagne (région de Bologne), notamment les villes de Parme et Rimini, soit environ 540.000 personnes rien que pour les zones urbaines.

Limiter au maximum les déplacements

A l’intérieur même de la zone de quarantaine, toutes les écoles, les musées, les salles de sport, les théâtres et les centres culturels resteront fermés. Les bars et restaurants pourront rester ouverts à condition de respecter la distance de sécurité d’au moins 1 m entre les clients.

Le décret ordonne également la limitation des déplacements internes : il faudra « absolument éviter tout déplacement à l’exception de ceux motivés par des obligations professionnelles ou des situations d’urgence ». Les magasins devront eux aussi respecter la distance de sécurité entre les clients, et devront même fermer s’ils ne sont pas en mesure de le faire. L’accès aux magasins sera également limité de manière à éviter les « attroupements ».

L’accès des familles et proches aux hôpitaux, aux services d’urgences et aux structures d’accueil pour personnes âgées sera « limité aux seuls cas prévus par la direction sanitaire de ces établissements », qui sera « tenue d’adopter les mesures nécessaires pour prévenir de possibles infections ».

Foyer épidémique

Avec 233 morts, l’Italie, qui compte 60 millions d’habitants, est à la deuxième place derrière la Chine pour le nombre de décès, et à la 3e place derrière la Chine et la Corée du Sud pour le nombre de cas, près de 6.000 à ce jour.

La région la plus touchée de la péninsule, « la Lombardie [3.420 cas], fait face à une situation tendue dans ses hôpitaux », avait reconnu plus tôt dans la journée le chef de la Protection civile Angelo Borrelli. « Nous nous attendons à ce qu’on nous demande le transfert de patients dans les services de soins intensifs d’autres régions ». Une hypothèse qui risque de disparaître avec l’entrée en vigueur du décret.

Rome avait déjà adopté cette semaine toute une série de mesures draconiennes pour enrayer l’épidémie, notamment la fermeture des écoles et universités jusqu’à mi-mars dans toute la péninsule.

Articles relatifs

RSS
Facebook
Twitter
LinkedIn