Actualités 

Ramadhan/approvisionnement / Loin de la frénésie d’antan

Les Algériens sont à quelques jours du mois sacré de Ramadhan et la frénési
d’antan pour les achats et l’approvisionnement en produits de consommation
semble loin ces derniers temps.
S’adaptant à la situation du moment où la lutte contre la pandémie du nouveau
coronavirus a monopolisé toutes les énergies, les Algériens ont semblent-ils fait
leurs emplettes à l’annonce du confinement pour ne pas se retrouver en
manque, le moment venu.
Ainsi la demande sur les fruits secs, confiserie se fait d’une manière rationnelle
à l’heure actuelle et les marchands de ces produits l’ont constaté à leur
dépend.
Ceci dit, parmi les produits très demandé durant ce mois , il en est des viandes
blanches qui selon le directeur général de l’office national des aliments de
bétail seront disponibles .
Mr Mohamed Bétraoui a assuré à ce sujet de l’abondance de la production
nationale de l’élevage avicole qui atteindra les 48 000 tonnes , permettra
d’assurer la couverture de la demande nationale durant ce mois sacré et à un
prix à la portée de la ménagère.
Tout en apportant une note de réconfort et d’optimisme, le même
responsable a annoncé que le prix du poulet sera stable durant et après le
mois du ramadhan et ne peut dépasser les 250 DA le kilo.
Il a souligné également la mobilisation de 160 vétérinaires pour le contrôle des
conditions d’hygiène.
Il est à préciser aussi qu’actuellement le poulet est disponible à profusion, en
abondance avec des prix variant entre 180 DA et 210DA .
le responsable de l’ONAB a par ailleurs indiqué que le stock actuel, en cette
denrée, suffira pour trois mois, tout en faisant savoir que la consommation
nationale durant le Ramadhan ne devrait excéder les 18 000 tonnes.

Les bonnes nouvelles ne manquent pas également quant à la disponibilité des
viandes rouges, autre produit très demandé durant ce mois sacré.
Durant ce mois, le marché sera approvisionné en quantité suffisante et
importante en viandes rouges locales et importées à des prix raisonnables
selon Mr Ahmed Mokrane, directeur des marchés et des activités commerciales
au ministère du commerce.
Ce dernier a ajouté qu’en plus des viandes rouges produites localement , il sera
procédé à l’importation d’importantes quantités de viandes fraiches et
congelés pour répondre à la demande qui croit généralement durant le mois
sacré.
« Ainsi ,il sera importé 12 500 tonnes de viande bovine congelée , ainsi que
l’importation de 3000 têtes de bovins durant ce mois ,en plus du cheptel
national qui est évalué à 1 780 000 de têtes de bovins et près de 29 millions
de têtes ovines »a souligné ce responsable.
Tous ces chiffres et cette assurance sont rassurants pour le commun des
citoyens, mais pour le phénomène prix c’est une autre histoire et l’appareil de
contrôle de l’état est appelé a jouer convenablement son rôle en toute
circonstance et en tout lieu.

Related posts

RSS
Facebook
Twitter
LinkedIn