Actualités Info région 

JIJEL : PLEINS FEUX SUR L’EXPORTATION (MINISTRE)

 

 

 

 

 

 

 

 

En visite de travail et d’inspection à Jijel, hier lundi, le ministre du Commerce, Kamel REZIG, n’a pas caché sa satisfaction vis-à-vis du secteur du commerce et des activités qui lui sont liées dans la wilaya de Jijel où l’exportation de certains produits, hors hydrocarbures, a commencé à émerger de fort belle manière, malgré la conjoncture actuelle.

Cette première visite du ministre depuis qu’il est à la tête de ce département ministériel a permis de mettre en relief notamment les potentialités que recèle la région et ses infrastructures en matière d’exportation de nombreux produits.

Au port de Djendjen, M. Rezig, accompagné du wali, Abdelkader KELKAL, du président de l’APW, Hocine BRINET et d’autres responsables locaux, a constaté de visu ce qui se fait dans ce domaine et reçu des explications sur les perspectives qui s’offrent à cette grandiose infrastructure qui s’investit dans l’acte d’exporter. IL a ainsi donné le coup d’envoi symbolique du chargement sur un navire battant pavillon panaméen d’une cargaison de clinker (ciment) à destination de Dakar (Sénégal) pour des clients au Niger et Mali.

 Lors de cette visite, deux conventions d’exportation du rond à béton, sorti des fourneaux du complexe sidérurgique de Bellara (El Milia) et du ciment et clinker issu des cimenteries publiques et privées ont été signées en présence de la délégation ministérielle. Pour le ciment, ce sera 400.000 tonnes pour cette année, et pour le rond à béton 20.000 tonnes, par voie terrestre, vers ces pays du Sahel, a-t-on appris. Pour rappel, AQS avait déjà tenté, en 2019, un essai « fructueux » de 1.500 tonnes vers les pays voisins du Niger et le Mali.

M. Abdesselem BOUAB, Président-directeur général (PDG) de l’entreprise portuaire de Djendjen (EPJ) qui a présenté un exposé sur les activités de cette infrastructure, en import et export, a affirmé au « National ECO », que l’objectif est de parvenir, vers la fin de cette année, à réaliser un chiffre de cent (100) millions d’Euros d’exportations, notamment du ciment et du clinker. Pour le premier semestre de l’année en cours, pas moins de 700.000 tonnes de produits ont été exportées contre 1.200.000 tonnes en 2019.

Il a indiqué que le port connait actuellement une légère reprise après deux ou trois mois de « morosité » survenue en pleine période de crise sanitaire due au COVID-19.

Ce port qui s’étend sur une superficie de 210 hectares, avec une place géographique stratégique, dispose d’importantes infrastructures et superstructures, une voie ferrée, des équipements de manutention, des installations spécialisées (hangars, zones tampons, installations électriques, ….) ainsi que des projets de développement, notamment la réalisation d’un terminal à conteneurs, un terminal céréalier, et un autre minéralier …). Le terminal à conteneurs concédé en joint venture entre l’entreprise portuaire de Djendjen qui fait partie du groupe SERPORT (Services portuaires – SPA) et Dubai Ports World (DP-WORLD), spécialisé dans l’activité de conteneurs.

Le PDG adjoint de AQS (Algerian Qatar Steel), complexe sidérurgique implanté à Bellara, dans la région d’El Milia (sud-est de Jijel), Sofiane Chaib SETI, est lui aussi « optimiste » quant à la reprise des activités d’exportations du rond à béton, a-t-il indiqué dans un bref entretien au « National Eco », en marge de cette visite ministérielle.

De nombreux producteurs et transformateurs de produits de liège activent également dans la région de Jijel et ont des possibilités d’exporter sur les marchés extérieurs où ils ont des parts de marché, malgré la difficulté des terrains conquis par des grands exportateurs de pays de cette matière première transformée. Outre le liège, du sel  et du kaolin sont également exportés depuis le port de Djendjen.

Et justement, en parlant d’exportation, le ministre du Commerce, n’a pas mâché ses mots, lors de cette première visite à Jijel. Il a exhorté les Chambres de commerce et d’industrie (CCI) à sortir du carcan des « salons », « séminaires, ….pour lesquels nous avons trop dépensé d’argent sans résultats positifs. Il faut aller sur le terrain à la conquête d’exportateurs potentiels. « Il faut sensibiliser tout le monde, petits et grands ». « Il ne faut pas se cantonner à exporter la surproduction de produits agricoles ou industriels … », a-t-il martelé.

Le ministre a cité le cas de l’Afrique, avec 1.200.000.000 d’habitants qui reste un grand marché à conquérir. Pour peu que les opérateurs « osent ». Il a rappelé le soutien et l’accompagnement complet de son département et rassuré les opérateurs qui se lancent dans l’exportation, avec les facilités et les mécanismes mis en place et que requiert l’acte d’exporter.

Le ministre a entamé cette tournée par une visite du Centre national du Registre de commerce (CNRC), inauguré le nouveau siège de la direction locale du commerce et un laboratoire d’analyses au 3ème km, dans ce qui est appelé le POS (plan d’occupation des sols), à l’entrée – est de la ville de Jijel avant de se rendre au port de Djendjen qui a accaparé le plus gros de cette visite de travail et d’inspection. Un port doté de voies ferrées qui faciliteront le transport de marchandises et matériels de et vers les navires amarrés dans cette gigantesque infrastructure, opérationnelle depuis trois décennies.

Articles relatifs

RSS
Facebook
Twitter
LinkedIn