Actualités Éditorial 

ALGERIE-AGRO/ECO : DES OBJECTIFS A NOTRE PORTEE.

Autrement dit, se définir dans un ratio de dépendance propre, où la croissance dans notre pays n’est pas seulement relativement fixe, mais reste assez molle, et doit  être perçue comme une menace pour la stabilité du pouvoir d’achat et le système des retraites, essentiellement due aux aléas du sous-emploi, où peu d’individus cotisent pour trop de sans-emplois et d’inactifs.

C’est dans cette optique des équilibres sociaux économiques, que le président de la république, Abdelmadjid Tebboune ne cesse d’insister.

A titre d’illustratif, les besoins en céréales dans leur diversité, sont satisfaits à seulement 30%, alors que le reste est couvert par les importations, qui dépassent les 5 millions de tonnes/an, tout en se positionnant également comme deuxième importateur de poudre de lait, sur le marché mondial, alors que du côté exportations de produits agricoles, ils restent assez marginaux, représentant 0,06 %.

Les axes de relance sur lesquels, le président de la république avait appuyé ses arguments, c’est de produire ce que nous consommons et pour se faire c’est d’aller à une course contre la montre, en exploitant rationnellement nos potentiels naturels (sols, eaux d’irrigation), comme ça été fait dans d’autres pays.

Parmi telles exigences et dans le même cadre, évaluer les objectifs, qui sont à notre portée, pour l’établissement d’un nouvel équilibre, entre approvisionnements extérieurs et offre nationale, pour une meilleure approche de l’autosuffisance au sein des filières, qui ont un poids décisif, sur le profil nutritionnel et alimentaire et consistant sur la production du blé dur, de légumes secs ainsi que les produits laitiers.

Articles relatifs

RSS
Facebook
Twitter
LinkedIn