Actualités Info région 

03 pyromanes arrêtés à El Tarf/Une quinzaine de bidonvilles et 227 ovins et 280 ruches d’abeilles calcinés par les flammes signalées dans plusieurs zones forestières

La série de foyers de feux de forêts, qui persistent depuis plusieurs jours à travers une quinzaine de localités forestières relevant de la wilaya d’El Tarf, a fait de grands ravages sur la flore et la faune, a appris, hier samedi, le Nationale Eco.

Même les maisonnettes de fortune n’ont pas été épargnées par les flammes dévastatrices, indiquent nos sources, signalant que trois (03) pyromanes, arrêtés,  seraient impliqués dans ces incendies, coïncidant avec la fête de l’Aïd El Adha période que certains individus saisissent pour s’adonner à ce types de pratiques destinées à assurer le charbon, un produit très prisé durant cette fête rituelle. En l’espace de trois jours, plus de 300 hectares de chêne-liège, maquis et broussailles ont été ravagés par les flammes qui n’ont également pas épargné des maisonnettes-bidonvilles ainsi que 227 ovins et près de 200 arbres fruitiers. La veille de la célébration de cette fête religieuse, les services de la protection civile avaient enregistré une dizaine de foyers d’incendie qui se sont déclarés à travers, entre autres à Bouhadjar, Zitouna,  Hamam Beni Salah, Ben M’Hidi, El Ayoune, Bougous, ainsi qu’à Oued Zitoune, El Kala, Cheffia et Chihani, a précisé les services de la protection civile. Près de 24 hectares de forêts entre chêne-liège, maquis et broussailles en sus de 26 oliviers, ont été détruits et l’intervention des sapeurs-pompiers avait duré plusieurs heures durant. La colonne mobile de la protection civile et des sapeurs-pompiers ont été renforcés par des riverains qui ont prêté main forte à ces soldats du feu, ce qui a permis de venir à bout du sinistre, survenu dans un lieu difficilement accessible. Les feux de forêts avaient été favorisés par les vents et l’importante canicule qui sévit depuis quelques jours dans cette région de l’extrême nord-Est du pays, ce qui a, d’ailleurs, rendu ardu les opérations d’intervention des sapeurs-pompiers. Durant les deux jours de la fête de l’aïd, d’autres incendies de forêts dont deux d’envergure ont été enregistrés à travers 13 communes de cette wilaya frontalière. Ces feux de forêts ont nécessité la mobilisation de plus de sapeurs-pompiers ainsi que 29 camions d’extinction, encadrés par directeur intérimaire des services de la protection civile. Le plus impressionnant de ces incendies est celui enregistré à Semati, dans la commune d’El Tarf. Des riverains ont perdu leurs arbres maisonnettes. Ils étaient au nombre de 11. D’autres ont vu leurs ruches d’abeilles, caprins et ovins et fruitiers ravagés par les flammes. Ruinés et au comble du désespoir, certains ont, par dépit, posté des photos des pertes occasionnées par ces feux de forêts qui ont également détruit près de 2.000 bottes de foin. L’air est devenu irrespirable et la cendre arrivait jusqu’à leurs nez, ont déclaré des habitants d’El Kala, déplorant cette situation qui rappelle les conséquences désastreuses des feux de forêts vécus par la région il y a deux trois ans. Ce jour-là, des moyens terrestres et aériens avaient été exploités par l’Etat  pour arrêter l’avancée des flammes en furie dans une région réputée pour relief accidenté et difficilement accessible. Les riverains ne savent plus à quel saint se vouer devant ces feux qui encerclent plusieurs zones forestières. A l’heure où nous mettons sous presse, les vaillants soldats du feu sont sur terrain pour procéder à l’extinction de feux de forêts déclenchés dans des sites forestiers relevant de la commune d’El Ayoune. La célébration de cette fête religieuse s’est  avérée ardue cette année. D’un côté, les restrictions liées à la propagation du coronavirus et de l’autre les feux de forêts qui embrasent la wilaya, la rendant suffocante. Le charme de cette région aux atouts naturels avérés sont en train de ‘’se consumer’’ à petit feu. D’un côté, les retards dans le développement local et de l’autre, des aléas d’une nature qui devient capricieuse, à force de coups ‘’malsains’’ de certains individus, profitant de la conjoncture. Aussi, un appel a été lancé par les services de la protection civile dans lequel ils mettent l’accent sur l’importance de la vigilance en cette période de forte chaleur ainsi que l’implication des riverains pour une alerte à temps de tout départ de feu, en vue d’une intervention rapide des services concernés.

Related posts

RSS
Facebook
Twitter
LinkedIn