Actualités Economie National 

Economie/Gestion des déchets.

Aucune commune ne peut mettre en place un quelconque plan relatif à la gestion des déchets, sans une implication du citoyen par le biais des associations  de  la société civile  qui sont un important catalyseur.

Ainsi, il y a lieu de renforcer l’action commune entre les instances administratives officielles et la société civile  dans le domaine de la gestion des déchets.

« Il est devenu nécessaire d’œuvrer de concert pour le lancement de projets en matière d’économie circulaire »,a indiqué, Dimanche à Alger, la ministre de l’environnement à la conférence virtuelle organisée par l’agence nationale des déchets(AND).

Lors  de cette rencontre qui a  trait, aux principes généraux de la gestion intégrée des déchets, Mme Dalila Boudjemaa, a mis en avant l’important rôle des associations de la société civile dans la gestion des déchets.

‘’Celles-ci, sera l’un des leviers pour la création d’une économie circulaire et ce à travers la sensibilisation du citoyen,  quant à l’impératif de limiter ou de réduire la quantité de déchets produite’’ a-t- elle soutenu.

Aussi la gestion des déchets en général et l’économie verte en particulier qui suscitent l’intérêt du gouvernement, peuvent générer  des revenus supplémentaires au profit de l’économie nationale, loin de l’économie rentière.

Cette conférence virtuelle qui s’inscrit dans le cadre de la concrétisation  de partenariat conclus entre l’AND et les associations de la société civile, vise le renforcement des capacités des cadres associatifs en matière de gestion des déchets.

Il s’agit, en outre, d’élaborer une feuille de route pour créer une coopération bénéfique avec les associations et partant, aller de l’avant, vers l’économie verte.

Partant de ce dernier principe, cette rencontre devrait permettre la clarification des concepts généraux et les terminologies, en rapport avec la gestion intégrée des déchets au profit des associations.

Elle apportera un soutien technique et assurera des données et des informations précieuses sur cette question.

Saisissant cette occasion, le directeur général de l’AND, a souligné le rôle pivot des associations qui doit être axé sur la sensibilisation, à la nécessité de limiter les déchets produits par le citoyen, tout  en mettant à sa disposition les moyens nécessaires pour le tri.

Mr Karim Ouamane a rappelé dans ce sens, les statistiques de l’exercice 2020 qui font ressortir la production d’un volume de 13 millions de tonnes de déchets ménagers dont 32% de produits d’emballage.

Le même intervenant  a souligné, par ailleurs, l’intérêt croissant pour le recyclage qui est à même de conduire à l’émergence d’un marché national de déchets, doublé de   l’intensification du tissu des sociétés activant dans ce domaine, ce qui contribuera sans nul doute à la relance de l’économie nationale.

Related posts

RSS
Facebook
Twitter
LinkedIn