Chroniques bonoise 

ALI MAIASSI LA MÉMOIRE DU FOOTBALL BÔNOIS !

Il n’est point dans mes habitudes de journaliste ou d’écrivain de rendre hommage à ceux qui le méritent de leur vivant.Car aux yeux de certains mal intentionnés, surtout à Annaba, celà peut prêter à équivoque et susciter même un débat à connotation de lèse-majesté, au niveau des éternels denigreurs qui infestent dès l’aube le Cours de la Révolution, en sirotant un café ou un thé en priant qu’il ne finisse pas avant midi, l’heure de rentrer chez soi.Qu’à celà ne tienne !L’homme que nous évoquons aujourd’hui, et auquel nous rendons un vibrant hommage pour avoir patiemment, telle une fourmi, collecté des centaines d’informations sur la mémoire du football bônois, mérite toutes les éloges et revêt même la cape sacrée de l’icône de l’histoire du football à ANNABA, et tout ce qui gravite autour, du sympathisant aux inconditionnels supporters.Issu d’une famille sédentaire bônoise depuis des décades, et bien qu’il soit d’origine soufie, qu’il ne cache d’ailleurs pas, Ali MAIASSI est de la race de ceux qui respectent tous ceux qui les entourent, pour mettre en évidence l’honorabilité et la noblesse de leur famille.Du père au minime de la famille, les Maiassi sont tous des intellectuels, commerçants honnêtes comme le paternel, médecin ou autres professions libérales.Ali est le seul élément de cette noble famille à être féru de football depuis son très jeune âge dans le quartier de l’Etoile, très proche du lycée Saint Augustin où il a certainement fait ses études secondaires.Il connaît tous les footballeurs bônois et toutes les équipes depuis les années quarante, date de naissance du premier club bônois, l’USMBÔNE. Celà ne signifie pas qu’il a occulté les autres clubs de la ville, à l’image de la JBAC, de l’ASB, l’ASPTT, le Red Star, la JSJ, le FCJ, le MOA ect…Telle une encyclopédie vivante, il vous cite joueurs, dirigeants, supporters, sympathisants, bienfaiteurs et même les journalistes de l’époque.Il a rassemblé toutes ses mémoires de football et d’autres sports de la ville de Bône dans un livre volumineux et superbement illustré, par des photos dont plusieurs rares et exclusives.Malheureusement, il n’a trouvé aucune aide des pouvoirs publics, locaux ou nationaux pour éditer cette véritable oeuvre vivante, à laquelle il a consacré une bonne partie de sa vie et la majeure partie de son temps.Le ministère de la culture et celui de la jeunesse et des sports, se doivent d’éditer cette œuvre exceptionnelle, dont l’auteur ne demande aucune compensation pécuniaire !L’essentiel c’est que le livre paraisse et qu’il soit distribué à un prix symbolique pour les frais de distribution à travers le pays.

Related posts

RSS
Facebook
Twitter
LinkedIn